Myélome multiple : une trithérapie à base de pomalidomide permet de réduire la progression

  • Richardson PG, et al.
  • Lancet Oncol
  • 13 mai 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.
À retenir
  • L’ajout de pomalidomide à l’association bortézomib et dexaméthasone a permis d’améliorer de manière significative la SSP chez les patients atteints d’un myélome multiple en rechute/réfractaire (MM R/R) préalablement traités par lénalidomide.
Pourquoi est-ce important ?
  • Les patients atteints d’un MM R/R préalablement traités par lénalidomide en ligne précoce représentent une population de patients de plus en plus importante, mais qui est généralement exclue des essais cliniques.
Protocole de l’étude
  • Un essai de phase III a été mené afin d’évaluer l’association bortézomib et dexaméthasone avec (n = 281) ou sans (n = 278) pomalidomide, chez 559 patients atteints d’un MM R/R préalablement traités par lénalidomide.
  • 70 % des patients étaient réfractaires au lénalidomide.
  • Financement : Celgene.  
Principaux résultats
  • SSP médiane avec la trithérapie : 11,20 mois (IC à 95 % : 9,66–13,73) ; SSP médiane avec la bithérapie : 7,10 mois (IC à 95 % : 5,88–8,48) ; RRI de 0,61 (IC à 95 % : 0,49–0,77 ; P 
  • Chez les patients réfractaires au lénalidomide :
    • SSP médiane avec la trithérapie : 9,53 mois (IC à 95 % : 8,05–11,30) ; SSP médiane avec la bithérapie : 5,59 mois (IC à 95 % : 4,44–7,00) ; RR de 0,65 (IC à 95 % : 0,50–0,84 ; P = 0,0008).
  • Taux de très bonne réponse partielle ou mieux : 52,7 % (IC à 95 % : 46,7–58,6 %) avec la trithérapie, contre 18,3 % (IC à 95 % : 14,0–23,4 %) avec la bithérapie.
  • Les événements indésirables hématologiques de grades 3–4 les plus fréquents avec la bithérapie, comparativement à la trithérapie, respectivement, étaient les suivants :
    • la neutropénie : 9 % contre 42 % ;
    • la thrombopénie : 29 % contre 27 %.
  • Le taux de neuropathie périphérique de grades 3–4 était de 8 % avec la trithérapie, contre 4 % avec la bithérapie.
  • Limites
    • Étude menée en ouvert.