Myélome multiple : les minorités ethniques sont sous-représentées dans les essais cliniques

  • Ailawadhi S & al.
  • Blood Cancer J
  • 6 juil. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Aux États-Unis, les patients atteints d’un myélome multiple nouvellement diagnostiqué (MMND) et issus de minorités ethniques ont obtenu des résultats comparables aux patients d’origine ethnique blanche non hispanique (Non-Hispanic White, NHW) ; cependant, ces patients sont de plus en plus sous-représentés dans les essais cliniques menés ces dernières années.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients issus de minorités ethniques sont ceux qui supportent la charge de morbidité liée au cancer la plus importante aux États-Unis.

Protocole de l’étude

  • Une étude des données issues de neuf essais cliniques américains a été menée afin d’évaluer l’origine ethnique et les résultats chez 2 896 patients atteints d’un MMND.
  • Financement : Groupe de recherche sur le cancer ECOG-ACRIN (ECOG-ACRIN Cancer Research Group), Institut national sur le cancer (National Cancer Institute)/Instituts nationaux de la santé (National Institutes of Health).

Principaux résultats

  • 81,9 % des patients étaient d’origine NHW, 13,5 % d’origine afro-américaine non hispanique (Non-Hispanic African-American, NHAA), 2,6 % d’origine hispanique, et 1,9 % d’une autre origine non hispanique (Non-Hispanic Other, NHO).
  • Prévalence des marqueurs de risque défavorable :
    • Anémie significative (définie comme une hémoglobine inférieure ou égale à 10 g/dl) : 55,9 % pour les patients d’origine NHAA, 49,1 % pour les patients d’origine NHO, 44,0 % pour les patients d’origine hispanique, mais 36,3 % chez les patients d’origine NHW (P 
    • Lactate déshydrogénase (LDH) : Les patients d’origine NHAA présentaient le taux moyen le plus élevé de LDH (270,9 U/l), et les patients d’origine NHO le taux moyen le plus bas (207,5 U/l ; P = 0,011).
  • L’inclusion de sous-groupes de différentes origines ethniques dans les essais cliniques a diminué entre 2002 et 2011.
  • Essais portant sur de nouveaux agents : 38,5 % de patients d’origine NHW ont reçu de nouveaux agents, contre 25 % de patients d’origine hispanique (P = 0,047).
  • Aucune différence significative d’un point de vue statistique n’a été identifiée au niveau des résultats des essais cliniques pour les objectifs principaux selon l’origine ethnique (P = 0,286).

Limites

  • Données rétrospectives.