Myélome multiple : le schéma mCBAD est viable en tant que traitement de transition chez certains patients

  • Tabchi S, et al.
  • Clin Lymphoma Myeloma Leuk
  • 7 mai 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un myélome, un schéma composé de cyclophosphamide à haute dose, de bortézomib, de doxorubicine et de dexaméthasone (mCBAD) a permis d’obtenir un taux de réponse élevé, mais limité dans le temps.
  • Les toxicités et la mortalité liées au traitement limitent l’administration de ce schéma aux patients qui nécessitent un traitement de transition avant une greffe ou un traitement novateur, en l’absence d’une approche alternative.

Pourquoi est-ce important ?

  • Dans ce contexte, les patients réfractaires disposent d’alternatives limitées dans les stades avancés.

Protocole de l’étude

  • Le schéma mCBAD a été analysé chez 140 patients atteints d’un myélome multiple nouvellement diagnostiqué (MMND), d’un MM en rechute/réfractaire (R/R) et d’une leucémie à plasmocytes (LP).
  • Financement : Centre de cancérologie MD Anderson (MD Anderson Cancer Center).  

Principaux résultats

  • Taux de réponse globale :
    • MM R/R (n = 116) : taux de réponse globale (TRG) de 85 % ; taux de rémission complète (RC) de 7 % ; taux de très bonne réponse partielle (TBRP) de 18 % ;
    • LP (n = 11) : TRG de 100 % ; taux de RC de 10 % ; taux de TBRP de 20 % ;
    • MMND (n = 13) : TRG de 100 % ; taux de RC de 23 % ; taux de TBRP de 23 %.
  • SSP médiane :
    • MMND : 19,61 mois (IC à 95 % : 5,26–NE) ;
    • MM R/R : 4,64 mois (IC à 95 % : 3,75–6,73) ;
    • LP : 7,56 mois (IC à 95 % : 4,7–NE).
  • La SSP médiane était de 11,48 mois (IC à 95 % : 7,52–15,9) chez les 36,2 % de patients ayant eu recours au schéma mCBAD dans le cadre d’un traitement de transition avant une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques (auto-GCSH), contre 3,19 mois (IC à 95 % : 2,4–3,75) chez les patients n’ayant pas fait l’objet d’une greffe.
  • Mortalité liée au traitement :
    • MMND : 0 % ;
    • MM R/R : 8 % ;
    • LP : 9 %.

Limites

  • Données rétrospectives.