Myélome multiple : le bortézomib sous-cutané permet une toxicité plus faible

  • Zhang HM, et al.
  • Cancer Manag Res
  • 10 sept. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un myélome multiple nouvellement diagnostiqué (MMND), l’administration par voie sous-cutanée (SC) de bortézomib a permis d’obtenir des taux de réponse et des résultats de survie comparables, par rapport à l’administration par voie intraveineuse (IV), mais avec une réduction notable de la toxicité.   

Pourquoi est-ce important ?

  • Des données probantes limitées suggèrent que l’administration par voie SC du bortézomib pourrait entraîner une réduction des événements indésirables (EI) dans ce contexte, par rapport à l’administration par voie IV.

Protocole de l’étude

  • Une étude visant à comparer l’efficacité et la sécurité d’emploi du bortézomib administré par voie IV (n = 100) ou SC (n = 105), chez 205 patients atteints d’un MMND, a été réalisée.
  • L’âge médian des patients était de 61 ans (intervalle : 27–82).
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; Fondation Henan Outstanding Person.

Principaux résultats

  • Après le cycle 1 :
    • 31,0 % avaient obtenu une très bonne réponse partielle ou mieux (≥ TBRP) par voie IV, contre 14,3 % par voie SC (P = 0,004).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau du taux de réponse globale (TRG) entre les différentes voies d’administration pour les cycles 2 à 6 (P > 0,05).
  • La SSP médiane était de 37 mois par voie IV, contre 45 mois par voie SC (P = 0,774).
  • La SG médiane était de 63 mois par voie IV, contre 59 mois par voie SC (P = 0,667).
  • L’incidence d’EI de grade supérieur ou égal à 3 était généralement plus faible par voie SC, par rapport à la voie IV.
  • L’incidence de neuropathie périphérique globale était de 35,2 % par voie SC, contre 51,0 % par voie IV (P = 0,023).

Limites

  • Données rétrospectives chez des patients chinois.