Myélome multiple : la chimiothérapie à haute dose offre un pont viable vers la greffe

  • Tabchi S & al.
  • Clin Lymphoma Myeloma Leuk
  • 17 mai 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le cyclophosphamide, le bortézomib, la doxorubicine et la dexaméthasone à haute dose (mCBAD) peuvent être un pont efficace vers une autogreffe de cellules souches autologue (AGCS), chez des patients atteints d’un myélome multiple (MM) en rechute/réfractaire (R/R), disposant d’options thérapeutiques limitées et présentant de bons scores de performance.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le myélome multiple se caractérise par une nature réfractaire à des stades avancés.

Protocole de l’étude

  • Une revue portant sur les résultats de 140 patients atteints d’un myélome multiple et d’une leucémie à plasmocytes recevant le schéma mCBAD a été réalisée.
  • 13 patients étaient atteints d’un myélome multiple nouvellement diagnostiqué (MMND), 11 présentaient une leucémie à plasmocytes (LP) et 116 présentaient un MM R/R.
  • De nombreux patients présentaient des caractéristiques à haut risque, notamment une insuffisance rénale (70 %), une hypercalcémie (53 %), une anémie (100 %) et des lésions osseuses (80 %).
  • Financement : subvention de soutien au centre de cancérologie MD Anderson (MD Anderson Cancer Center Support Grant).

Principaux résultats

  • Taux de réponse globale :
    • MMND : 100 % ;
    • LP : 100 % ;
    • MM R/R : 85 %.
  • Réponse complète :
    • MMND : 23,1 % ;
    • LP : 10 % ;
    • MM R/R : 7,5 %.
  • Chez les patients souffrant d’un MM R/R :
    • La SSP médiane était de 11,48 mois (IC à 95 % : 7,52–15,9) avec une AGCS ultérieure, contre 3,19 mois (IC à 95 % : 2,4–3,75) sans.
    • La SG médiane était de 23 mois (IC à 95 % : 17,1–36,1) avec une AGCS ultérieure, contre 9 mois (IC à 95 % : 5,91–13,3) sans.
  • Le taux de mortalité liée au traitement était de 7,8 % (1 patient atteint d’une LP ; 10 atteints d’un MM R/R).

Limites

  • Données rétrospectives.