MSF salue la publication de la stratégie de l’OMS pour lutter contre les morsures de serpents


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’organisation humanitaire médicale internationale Médecins Sans Frontières (MSF) a salué la publication de la stratégie de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur la prévention et le contrôle des envenimations dues aux morsures de serpent.

La stratégie vise à réduire de moitié le nombre de décès et les cas d’invalidité dus aux morsures de serpent d’ici 2030.

Les objectifs centraux consistent notamment à renforcer l’éducation sur les morsures de serpent, à nouer des partenariats avec les communautés touchées et les parties prenantes concernées, et à assurer un accès à des traitements sûrs, efficaces et abordables. La priorité sera accordée à l’amélioration de la production, de l’approvisionnement et de la distribution d’antivenimeux vitaux et d’autres produits nécessaires au traitement.

La stratégie sera déployée en trois phases, en commençant par une phase pilote dans 10 à 12 pays accusant un fardeau élevé.

L’OMS encourage également la recherche sur de nouveaux traitements, diagnostics et d’autres découvertes pour améliorer les résultats et accélérer le rétablissement.

« Les gouvernements et organismes de financement doivent redoubler d’efforts et répondre aux morsures de serpent avec l’urgence et l’attention que cette crise de santé publique négligée exige », a déclaré MSF.

Chaque année, il est estimé que 5,4 millions de personnes se font mordre par des serpents, dont jusqu’à 2,7 millions par des serpents venimeux, ce qui entraîne le décès de 81 000 à 138 000 personnes, ainsi que le défigurement et l’incapacité à vie de 400 000 autres.

Les morsures de serpents venimeux touchent principalement les personnes pauvres vivant en milieu rural, notamment les travailleurs migrants, les agriculteurs et les personnes déplacées fuyant les conflits, et tuent davantage de personnes que toute autre maladie figurant sur la liste des maladies tropicales négligées de l’OMS.