Moins de cancers de l’endomètre après chirurgie bariatrique

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Dans un certain nombre d'études, l'obésité a été associée à une augmentation globale du risque de cancers affectant divers organes parmi lesquels le sein et l'endomètre. Il était donc logique d'évaluer les effets de la perte de poids sur ce risque, comme l'ont fait des auteurs américains dans une étude rétrospective sur la chirurgie bariatrique et les cancers endométriaux. Ils soulignent que ce type de chirurgie est discuté sur des critères consensuels parmi lesquels une obésité sévère (IMC ≥ 40 kg/m2) ou un IMC ≥ 35 kg/m2 avec une des comorbidités suivantes : diabète, syndrome d'apnées obstructives du sommeil, cardiomyopathie liée à l'obésité ou pathologie articulaire sévère.

Les données analysées proviennent de 7 431 858 hospitalisations de femmes âgées en moyenne de 52,6 ans, dont 103 997 (1,40 %) avaient bénéficié d'une chirurgie bariatrique et 44 345 (0,60 %) ont eu un diagnostic de cancer de l'endomètre. Au sein de la population globale de l'étude, les femmes obèses avaient un risque de cancer utérin près de trois fois plus élevé que celui des femmes sans surpoids (intervalle de confiance 95 % IC95 : 2,74-2,86). Chez les femmes obèses, une différence de l'incidenc...