Modification de l’intervalle QT après consommation de boissons énergisantes

  • Shah SA & al.
  • J Am Heart Assoc
  • 4 juin 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon une étude menée auprès de 34 jeunes sujets sains, la consommation d’une des deux boissons énergisantes testées était associée à une augmentation de l’intervalle QT corrigé sur la fréquence cardiaque par rapport à la consommation d’une boisson contrôle. Cette augmentation de 18-20 ms persistait jusqu’à 4 heures après la consommation, et deux personnes ont présenté une prolongation de l’espace QT supérieur à 500 ms, constituant un risque d’arythmie.

L’analyse de la composition des deux boissons énergisantes montre la présence de caféine, ginseng, taurine, guarana, L-carnitine, yohimbine,… Les données disponibles suggèrent qu’aucun de ces composés n’est individuellement responsable de l’augmentation de l’intervalle QT, mais il est possible que l’allongement de l’intervalle QT soit lié à la combinaison de deux ou plusieurs d’entre eux.

Des travaux doivent être rapidement menés sur le sujet, étant donné l’ampleur de la consommation de ces boissons (Red bull ® , Monster ® , Dark Dog ® ...). L’éditorial accompagnant l’article suggère, dans le délai, une mise en garde pour les sujets porteurs d’une mutation du syndrome du QT long, ceux traités par des médicaments prolongeant l’intervalle QT ainsi que ceux présentant une pathologie cardiaque structurale ou coronaire.

Méthodologie

L’étude a été menée auprès de volontaires sains de 18-40 ans qui étaient randomisés en aveugle entre la consommation en 1 heure de 32 oz. (environ 1 litre) de deux boissons énergisantes A, B et une boisson non énergisante placebo sur 3 jours d’étude, séparés d’une période de 6 jours. Les consommations étaient toujours initiées à heure fixe pour limiter l’influence des rythmes circadiens. L’ECG était réalisé à différents moments entre 30 et 240 minutes après consommation.

Principaux résultats

  • Au total, 34 participants (22,1 ans en moyenne, hommes/femmes 50/50) ont été inclus.

  • Une influence significative a été observée après l’intervention sur plusieurs paramètres de l’ECG : intervalle QT corrigé par la fréquence cardiaque (formule de Bazett, ou de Fridericia), intervalles PR, durée du QRS, fréquence cardiaque, pression artérielle systolique et diastolique, pression artérielle systolique et diastolique centrales (p

  • La variation maximale observée pour l’intervalle QT corrigé selon la formule de Bazett pour les boissons A, B et le placebo était respectivement de +17,9, +19,6 et +11,9 ms (soit p=0,04 et p

  • Deux personnes ont présenté une évolution de l’intervalle QT corrigé selon la formule de Bazett supérieur à 50 ms avec la boisson A et la boisson B par rapport au placebo.

  • Comme dans d’autres études préalables, une évolution significative a été observée concernant la pression artérielle et le rythme cardiaque. La PAS était notamment statistiquement supérieure à l’inclusion pour les deux boissons énergisantes à tous les temps de mesure.

Principales limitations

L’étude a été menée chez des sujets jeunes, pour un volume fixe d’un litre de boisson énergisante et en l’absence d’alcool, qui est fréquemment consommé en association dans la vie courante.