MMND : le bortézomib de consolidation après l’AGCS offre une SSP identique chez les patients plus âgés et plus jeunes

  • Straka C & al.
  • Eur J Haematol
  • 24 juin 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir                          

  • Chez les patients atteints d’un myélome multiple nouvellement diagnostiqué (MMND) ayant fait l’objet d’une autogreffe de cellules souches (AGCS), le bortézomib de consolidation était associé à un bénéfice significatif en termes de SSP, même chez les patients âgés.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’application de l’âge physiologique, par rapport à l’âge chronologique, permet à de plus en plus de patients plus âgés de recevoir une AGCS.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée visant à étudier les associations entre l’âge et les effets du bortézomib de consolidation sur la SSP chez les patients atteints d’un MMND ayant fait l’objet d’une AGCS.
  • Les patients ont été affectés à 2 essais de phase III en fonction de l’âge : 18–60 ans ou 61–75 ans.
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir du bortézomib de consolidation (n = 186) ou faire l’objet d’une observation (n = 185) après l’induction et l’AGCS.
  • Les patients plus âgés ont reçu un traitement de préconsolidation moins intensif.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Chez les patients âgés de 18 à 60 ans (n = 202) :
    • SSP médiane : 33,6 mois avec le bortézomib, contre 29,0 mois avec l’observation (P = 0,3599).
  • Chez les patients âgés de 61 à 75 ans (n = 155) :
    • SSP médiane : 33,4 mois avec le bortézomib, contre 26,4 mois avec l’observation (P = 0,0073).
  • Sous-analyse, par rapport aux patients fréquemment inéligibles à la greffe :
    • SSP médiane chez les patients âgés de 18 à 65 ans (n = 279) : 33,3 mois avec le bortézomib, contre 29,9 mois avec l’observation (P = 0,2816).
    • SSP médiane chez les patients âgés de 66 à 75 ans (n = 78) : 36,7 mois avec le bortézomib, contre 22,2 mois avec l’observation (P = 0,0037).

Limites

  • Analyse post-hoc.