MMND : des études précoces portant sur le traitement de première intention par oprozomib sont entravées par la toxicité GI

  • Hari P & al.
  • Blood Cancer J
  • 16 août 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un myélome multiple nouvellement diagnostiqué (MMND), l’oprozomib, un inhibiteur du protéasome de deuxième génération, a démontré une activité antimyélome, mais également des toxicités gastro-intestinales (GI), et le nombre d’arrêts du traitement était élevé.
  • Une nouvelle formulation doit être évaluée chez des patients en rechute/réfractaires.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’administration continue devient fréquente dans le cadre du MMND, ce qui augmente les besoins en schémas posologiques par voie orale et pratiques.

Protocole de l’étude

  • Des études de phases Ib/II ont été menées afin d’évaluer l’oprozomib chez 28 patients adultes atteints d’un MMND inéligibles à la greffe :
    • Étude OPZ003 : oprozomib, dexaméthasone et lénalidomide (ORd ; 2 schémas posologiques) ou cyclophosphamide (OCyd ; n = 21).
      • L’âge médian des patients était de 67 ans (intervalle : 54–79).
    • Étude OPZ006 : oprozomib, melphalan et prednisone (OMP ; n = 7).
      • L’âge médian des patients était de 71 ans (intervalle : 66–84).
  • Financement : Onyx Pharmaceuticals, Inc.

Principaux résultats

  • Dans l’étude OPZ003 :
    • Le taux de réponse globale (TRG) était de 71,4 % ; 38 % ont obtenu une réponse supérieure ou égale à une très bonne réponse partielle ; 2 patients ont obtenu une réponse complète (RC).
    • L’incidence d’événements indésirables liés au traitement (EIT) de grade supérieur ou égal à 3 était comprise entre 66,7 % et 100 % dans l’ensemble des bras de traitement.
    • 30,8 % et 40 % des patients ont arrêté le traitement dans les 2 bras ORd en raison d’EI.
  • Dans l’étude OPZ006 :
    • Le TRG était de 42,9 % ; 1 patient a obtenu une RC.
    • 71,4 % ont présenté des EIT de grade supérieur ou égal à 3.
    • 42,9 % ont arrêté le traitement en raison d’EI.
  • Les EI GI étaient les plus fréquents dans les deux études.

Limites

  • Échantillon de taille limitée.