MM : un traitement d’entretien par ixazomib permet de prolonger la SSP selon l’essai TOURMALINE-MM3

  • Dimopoulos MA, et al.
  • Lancet
  • 10 déc. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un myélome multiple (MM) nouvellement diagnostiqué, un traitement d’entretien par ixazomib après une autogreffe de cellules souches (AGCS) a permis d’obtenir une amélioration significative de la SSP, une intensification des réponses, ainsi qu’un statut de maladie résiduelle (MR) négative pour un plus grand nombre de patients, comparativement au placebo.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients atteints d’un MM présentent un risque élevé de rechute après une AGCS.

Protocole de l’étude

  • L’étude randomisée de phase III TOURMALINE-MM3 a comparé un traitement d’entretien par ixazomib (n = 395) et par placebo (n = 261) après une AGCS, chez des patients atteints d’un MM nouvellement diagnostiqué.
  • Âge médian des patients : 58 ans (IIQ : 52–64).
  • Financement : Millennium Pharmaceuticals.

Principaux résultats

  • SSP médiane : 26,5 mois (IC à 95 % : 23,7–33,8) avec l’ixazomib, contre 21,3 mois (IC à 95 % : 18,0–24,7) avec le placebo (RR : 0,72 ; IC à 95 % : 0,58–0,89 ; P = 0,0023).
  • 53 % des patients recevant de l’ixazomib sont passés d’une réponse partielle (RP) à une très bonne RP ou mieux (réponse supérieure ou égale à une TBRP) au cours de l’étude, contre 34 % des patients recevant un placebo (risque relatif [RR] : 1,54 ; IC à 95 % : 0,94–2,54).
  • 46 % des patients ont présenté une intensification de la réponse au cours du traitement par ixazomib, contre 32 % des patients recevant un placebo (RR : 1,41 ; IC à 95 % : 1,10–1,80 ; P = 0,0042).
  • 12 % des patients ont obtenu un statut de MR négative à tout moment de l’étude avec le traitement par ixazomib, contre 7 % avec le traitement par placebo.

Limites

  • Le lénalidomide aurait été un comparateur plus adapté à l’ixazomib.