MM : l’évolution de l’utilisation du bortézomib a-t-elle permis d’améliorer les résultats ?

  • Djebbari F & al.
  • PLoS One
  • 1 janv. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans une étude des résultats obtenus en situation réelle auprès de patients atteints d’un myélome multiple nouvellement diagnostiqué ou en rechute (MMND ou MMR) recevant un schéma à base de bortézomib, une dose cumulative de bortézomib de 50 mg ou plus était associée de manière significative à une amélioration de la SG.
  • Les raisons pour lesquelles de nombreux patients reçoivent une dose cumulative sous-optimale sont multifactorielles. 

Pourquoi est-ce important ?

  • De nombreux facteurs concernant l’utilisation du bortézomib dans le cadre du MM ont évolué depuis son autorisation.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer les résultats cliniques obtenus en situation réelle avec des schémas à base de bortézomib chez 272 patients atteints d’un MM et traités entre 2010 et 2016.
  • Parmi ces patients, 120 étaient atteints d’une maladie nouvellement diagnostiquée et 152 d’une maladie en rechute.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • La SG médiane n’était pas affectée par la voie d’administration (41 mois pour la voie intraveineuse, contre 35 mois pour la voie sous-cutanée ; P = 0,5).
  • Les patients recevant une dose cumulative de 50 mg ou plus ont obtenu une SG médiane de 42 mois, contre 33 mois pour ceux recevant une dose cumulative inférieure à 50 mg (P = 0,003).
  • Raisons principales justifiant le fait de recevoir une dose cumulative inférieure à 50 mg :
    • objectif thérapeutique atteint : 44 % ;
    • toxicités intolérables : 15 % ;
    • progression de la maladie : 12 %.
  • Lors de l’analyse multivariée des patients atteints d’un MM, les facteurs suivants étaient associés de manière significative à une amélioration de la SG :
    • dose cumulative : RR de 1,827 ; IC à 95 % : 1,248–2,675 ; P = 0,002 ; et
    • autogreffe : RR de 2,651 ; IC à 95 % : 1,412–4,979 ; P = 0,002.

Limites

  • Données rétrospectives.