MM : des résultats en pratique réelle avec VRd suivi d’une AGCS ont été publiés

  • Sidiqi MH & al.
  • Blood Cancer J
  • 8 nov. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • En pratique réelle, chez les patients atteints d’un myélome multiple (MM), l’association du bortézomib, du lénalidomide et de la dexaméthasone (VRd), suivie d’une autogreffe de cellules souches (AGCS), a permis d’obtenir un taux élevé de réponse, qui s’est intensifiée au fil du temps.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les schémas innovants visant à contrôler la maladie avant une AGCS ont obtenu de bons résultats au cours des essais cliniques ; cette étude présente des données probantes en pratique réelle.

Protocole de l’étude

  • Une revue des résultats de 243 patients atteints d’un MM ayant reçu un traitement d’induction par VRd, suivi d’une AGCS, a été réalisée.
  • L’âge médian des patients était de 61 ans (intervalle : 55–67).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Au jour 100 : taux de réponse globale (TRG) ; taux de réponse supérieure ou égale à une très bonne réponse partielle (TBRP) :
    • Ensemble de la cohorte : 99 % ; 69 %.
    • Sans traitement d’entretien (No Maintenance, NM) : 97 % ; 68 %.
    • Avec traitement d’entretien par lénalidomide (Lenalidomide Maintenance, LM) : 100 % ; 70 %.
    • Avec traitement d’entretien par bortézomib (Bortezomib Maintenance, BM) : 100 % ; 82 %.
  • Taux de réponse supérieure ou égale à une TBRP comme meilleure réponse après l’AGCS :
    • Ensemble de la cohorte : 89 %.
    • NM : 87 %.
    • Avec LM : 92 %.
    • Avec BM : 92 %.
  • SG de 90 % et SSP de 67 % à cinq ans sur l’ensemble de la cohorte.
  • Sans traitement d’entretien :
    • La SG médiane n’a pas été atteinte chez les patients présentant une cytogénétique à risque standard, contre 60 mois chez les patients présentant des anomalies cytogénétiques à risque élevé (ARE ; P = 0,0006).
    • La SSP médiane était de 24 mois chez les patients présentant une cytogénétique à risque standard, contre 7 mois chez les patients présentant des ARE (P 

Limites

  • Données rétrospectives.