Mise en place d’un réseau de soins spécialisés dans la prise en charge des victimes de psycho-traumatismes

  • El-Hage W & al.
  • Eur J Psychotraumatol
  • 1 janv. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un centre national de ressources et de résilience a été créé en 2019 sur le CHRU de Lille et l’hôpital Avicenne de Bobigny, et 10 centres régionaux spécialisés dans la prise en charge des psycho-traumatismes ont vu le jour sur l’ensemble du territoire national.
  • L’objectif de ces structures est de faciliter l’accès à des soins spécialisés à toutes les victimes de traumatismes psychologiques (attentats, agressions, accidents, etc.).
  • Étant donné le faible nombre de centres sur le territoire national et le manque de professionnels de santé formés à la prise en charge de ce type de patients, tout l’enjeux pour assurer l’accès à ces soins spécialisés sera d’assurer une bonne coordination des ressources médicales, mais aussi sociales.

 

Depuis l’attentat du RER B à Saint-Michel en 1995, des équipes psychiatriques spécialisées dans les interventions d’urgence pour les traumatismes collectifs ont été créées sur l’ensemble du territoire. Plus récemment, le président Macron a fait de la violence faite aux femmes l’une des priorités de son septennat. Et en 2018, un premier centre national de ressources et de résilience (CN2R), ainsi que 10 centres ambulatoires régionaux spécialisés en psychotraumatologie ont été financés sur des fonds publics, afin de prendre en charge les victimes d’attentats ou d’agressions.

Un centre national de ressources et de résilience créé en 2019

Le CN2R a ainsi été créé en 2019. Dirigé par Guillaume Vaiva (CHRU de Lille) et Thierry Baubet (Bobigny), et sous la tutelle de 6 ministères, il comprend une équipe pluridisciplinaire de chercheurs et de membres de la société civile. Son objectif est de développer l’activité de recherche et l’expérience des équipes dans ce domaine, de façon à améliorer la prise en charge des psycho-traumatismes. Il a aussi en charge de coordonner les centres régionaux, de définir les procédures d’intervention, d’évaluation clinique et de prise en charge, de diffuser l’information et de promouvoir des programmes de formation.

10 centres régionaux spécialisés sur le territoire français

Également ouverts en 2019, ces 10 centres ont pour objectif de faciliter l’accès à des soins spécialisés dans la prise en charge des troubles psychologiques et des addictions de personnes ayant subi un psycho-traumatisme, mais aussi de former les soignants et de diffuser l’information auprès des institutions et de la population. Ces centres s’organisent notamment pour répertorier l’offre de soins spécialisée au niveau des territoires de façon à orienter les médecins traitants et les associations de victimes. Ils seront en mesure d’assurer des formations pour les professionnels de santé reprenant les bonnes pratiques édictées par le CN2R. Des consultations de télémédecine seront également mises en place pour assurer une couverture régionale, faciliter le suivi des patients à long terme et éviter les phénomènes de chronicisations.