Migraines et complications de la grossesse : de nouvelles recherches sont publiées


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude portant sur le lien entre la migraine maternelle et les risques d’issues défavorables de la grossesse chez la mère, ainsi que les issues à la naissance et néonatales défavorables et certaines issues neurologiques postnatales défavorables chez la progéniture, a révélé que les migraines pourraient accroître les complications de la grossesse. 

L’étude a porté sur 22 841 grossesses chez des femmes migraineuses, dont 16 861 avec un enfant né vivant, et sur 228 324 grossesses appariées par âge et par année de conception chez des femmes non migraineuses, dont 170 334 avec un enfant né vivant, entre 2005 et 2013, d’après les registres de population danois. 

Elle a révélé que la migraine était associée à un risque accru de troubles hypertensifs associés à la grossesse et de fausse couche, ainsi qu’à une prévalence accrue d’insuffisance pondérale à la naissance, de naissance prématurée et d’accouchement par césarienne. En outre, les enfants exposés à la migraine maternelle avant la naissance présentaient des risques accrus de connaître plusieurs issues au cours de la période néonatale et postnatale, y compris une admission en unité de soins intensifs, une hospitalisation, un syndrome de détresse respiratoire et des crises convulsives fébriles. 

La migraine traitée n’était pas associée à des risques plus élevés de résultats indésirables que la migraine non traitée, et les chercheurs affirment que les résultats suggèrent que la migraine elle-même, plutôt que son traitement, est associée à des résultats indésirables. 

La recherche a été publiée dans la revue Headache.