Migraine : Moins de crises pendant le confinement selon le suivi par agenda électronique

  • Verhagen IE & al.
  • Cephalalgia

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Selon les données issues des agendas électroniques partagés d’une file active de patients migraineux néerlandais, majoritairement sévères, une diminution de 0,48 jour de migraine a été observée durant les mois de confinement du printemps 2020 par rapport aux semaines précédant le confinement, ainsi qu’une diminution de 0,48 jour de traitement de la crise migraineuse. Par ailleurs, le score de bien-être déclaré était légèrement supérieur durant cette période. Ce travail suggère que les changements de rythme de vie associés au confinement se sont globalement révélés positifs pour les patients migraineux qui ont sans doute pu adapter leur rythme de vie et limiter certains stress favorisant le risque de migraine.


Etant donné que la migraine est favorisée par des facteurs déclencheurs, dont certains liés au rythme et à l’hygiène de vie, il est intéressant de savoir comment le confinement a pu modifier la fréquence et la sévérité de la maladie.

Une période de confinement a eu lieu aux Pays-Bas entre le 12 mars et le 6 mai 2020. Une équipe néerlandaise, dont la file active de patients migraineux est suivie par agenda électronique partagé, a conduit une analyse de leurs données sur 2 mois (1 mois précédant le confinement suivi du premier mois de confinement) ou 4 mois (2 mois précédant le confinement suivi des deux mois de confinement).

Les agendas électroniques étaient bloqués jour après jour, imposant un remplissage régulier et non modifiable du journal des migraines sur toute la durée du suivi. Seuls ceux qui avaient été remplis au moins 80% du temps ont été pris en compte dans cette analyse, soit 592 patients concernant le suivi sur 2 mois et 469 patients pour le suivi à 4 mois. Dans les deux cohortes, l’âge moyen était de 46 à 47 ans, et les femmes représentaient 4 participants sur 5. Dans 3 cas sur 5, il s’agissait d’une migraine sans aura et près de la moitié avait déjà souffert d’un épisode de dépression.

Principaux résultats

Par rapport au mois précédant le confinement, une diminution du nombre mensuel de jours de migraine de 0,48 jour ([0,78-0,18], p=0,002) a été observée durant le premier mois de confinement. Par ailleurs, le nombre de jours où était utilisé un traitement de crise avait aussi diminué de 0,48 jour ([0,76-0,20], p<0,001), tandis que le bien-être général était globalement augmenté de 0,11 sur une échelle cotée de 0 à 10 ([0,06-0,17], p<0,001). Parallèlement, le nombre de jours sans migraine et la gestion de la douleur étaient comparables avant et pendant le confinement. Enfin, les données de suivi à 4 mois menaient à des conclusions comparables.

Les modifications de rythme et d’hygiène de vie liées au confinement (télétravail, sollicitations sociales, stress lié ou engendré par la situation sanitaire et son impact sur la vie quotidienne…) seraient donc en moyenne favorables aux patients migraineux. Ceux qui participaient à cette étude étaient toutefois majoritairement des patients sévères, ce qui ne permet pas de généraliser ces données à l’ensemble de la population migraineuse.