Migraine : et si les zones cérébrales impliquées n’étaient pas (uniquement) celles que l’on croit ?

  • Fontaine D & al.
  • Brain
  • 1 avr. 2018

  • de Caroline Guignot
  • Lecture critique
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez 53 patients subissant une craniotomie éveillée pour retrait d’une tumeur cérébrale, 93 phénomènes douloureux liés aux stimulations mécaniques propres à la résection ont été indiqués : parmi eux, 30 évènements étaient liés à la stimulation de la dure-mère et 61 à celle de la pie-mère ou de ses vaisseaux. La plupart étaient relatifs au territoire sensitif V1 lié au nerf ophtalmique.
  • Depuis les travaux de Ray et Wolff en 1940 [1], il est admis que les seules structures du cérébrales sensibles à la douleur se limitent à la dure-mère et ses vaisseaux nourriciers. La pie-mère, qui tapisse les circonvolutions et sillons cérébraux, et ses vaisseaux nourriciers ont toujours été considérés comme insensibles, bien que certains auteurs aient récemment avancé l’hypothèse inverse. L’étude française publiée dans Brain conforte l’idée et invite à de nouvelles explorations, qui permettront d’en déterminer les mécanismes biologiques précis et d’en tirer de nouvelles pistes thérapeutiques.

Principaux résultats

  • Au total, 53 sujets opérés ont signalé des phénomènes douloureux, soit 25% des sujets ayant subi une résection de tumeur cérébrale par craniotomie éveillée réalisée par trois chirurgiens des deux centres hospitaliers participants (CHU Nice et Hôpital Sainte-Anne, Paris) entre 2010 et 2017. Ils avaient en moyenne 41,2 ans et 25 d’entre eux étaient des hommes.
  • Au total, 93 phénomènes douloureux ont été signalés, soit 1,8 en moyenne par patient. Tous avaient lieu du côté du stimulus douloureux et disparaissaient spontanément à l’arrêt du stimulus.
  • Au total, 30 phénomènes douloureux rapportés concernaient la dure-mère crânienne ou la faux du cerveau (respectivement 23 et 7 évènements).
  • Dans 61 évènements, la douleur était liée à une stimulation mécanique de la pie-mère ou de ses vaisseaux nourriciers : ils étaient principalement localisés au niveau frontal (n=25) ou temporal (n=19) et étaient liés au territoire sensitif V1 lié au nerf ophtalmique et innervant le front, les orbites, la cornée, les régions temporales supérieures et antérieures, la racine du nez et la muqueuse nasale.

Limitations

  • Les facteurs de risque de présenter une douleur n’ont pas été analysés.
  • Pour des raisons pragmatiques et éthiques, il n’a pas été possible d’explorer plus avant les phénomènes et structures impliquées dans les phénomènes douloureux ressentis.
  • Il n’a pas été possible de distinguer les stimulations nociceptives des non nociceptives.