Miel contre la toux : un probable intérêt selon la réactualisation d’une revue Cochrane

  • Oduwole O & al.
  • Cochrane Database Syst Rev
  • 10 avr. 2018

  • de Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon une réactualisation de la revue Cochrane, le miel soulage probablement mieux les symptômes de la toux de l’enfant souffrant d’une infection respiratoire haute que l’absence de traitement, qu’un placebo ou que la diphenhydramine. La différence d’efficacité avec le dextrométhorphane est faible ou nulle. Enfin, trois jours de prise de miel réduit probablement plus efficacement la durée de la toux que le placebo et le salbutamol.
  • Il est important de noter que les données restent peu nombreuses (6 études cliniques randomisées) et que les méthodologies et données sont hétérogènes. Les preuves solides manquent encore mais cette revue Cochrane a permis d’avancer des résultats plus clairs que sa précédente édition qui n’avait pas pu conclure sur le sujet.

Principaux résultats

  • Selon les données de six essais contrôlés randomisés regroupant 899 enfants de 1 à 16 ans, le miel réduit probablement la fréquence de la toux par rapport à l’absence de traitement ou à un placebo (différence moyenne (DM) -1.05 [-1,48 à -0,62], I² = 0% et -1,62 [-3,02 à -0,22], I² = 0%). La fréquence de la toux est probablement moindre après une journée d’administration par rapport à la diphénhydramine (DM -0,57 [-0,90 à -0,24]).
  • Après trois jours de traitement, le miel est probablement plus efficace pour soulager les symptômes de toux que le salbutamol, mais moins efficace que ce dernier sur la qualité de sommeil des parents et des enfants ; de plus, ce bénéfice n’existe probablement plus au-delà de trois jours (preuves de certitude modérée).
  • Aucune différence en termes de tolérance n’a été mise en évidence.
  • La qualité des études dédiées n’a pas permis de tirer avec certitude des conclusions sur l’efficacité comparative de différents miels.

Méthodologie

L’étude a été conduite après revue de l’ensemble des études cliniques randomisées ayant été conduites chez les enfants de 1 à 18 ans, présentant une toux de moins de 3 semaines, et ayant comparé le miel à d’autres alternatives (sirops contre la toux contenant ou non du miel, placebo ou absence de traitement), seuls ou associés à des antibiotiques. La revue a été conduite à partir des données de 2014 à février 2018, qui a complété les données de la précédente revue Cochrane.