MICI : la surveillance est associée à une réduction du risque de CCR et de mortalité

  • Am J Gastroenterology

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La surveillance par coloscopie des patients atteints d’une MICI est associée à une réduction de 42 % du risque de cancer colorectal (CCR), à un taux plus élevé de diagnostics de CCR à un stade précoce et à une réduction de 64 % du risque de décès lié au CCR.

Pourquoi est-ce important ?

  • La dernière méta-analyse de la surveillance par coloscopie dans le cadre de la MICI avait été réalisée il y a plus de 10 ans et n’avait identifié aucune association entre la surveillance et une réduction de la mortalité liée au CCR.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse de cinq études ayant inclus 7 199 patients atteints d’une rectocolite hémorragique ou d’une maladie de Crohn du côlon.
  • Financement : Groupe d’étude des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin de la Collaboration Cochrane.

Principaux résultats

  • Les patients n’ayant pas fait l’objet d’une surveillance ont présenté un taux plus élevé de CCR que ceux ayant fait l’objet d’une surveillance (3,2 % contre 1,8 % ; RC : 0,58 ; IC à 95 % : 0,42–0,80).
  • Les patients ayant fait l’objet d’une surveillance ont présenté un taux de mortalité liée au CCR significativement plus faible (8,5 % contre 22,3 % ; RC : 0,36 ; IC à 95 % : 0,19–0,69) et un taux plus élevé de détection du CCR à un stade précoce (15,5 % contre 7,7 % ; RC : 5,40 ; IC à 95 % : 1,51–19,30).
  • La surveillance était associée à un risque moindre de colectomie (36,3 % contre 53,7 % ; RC : 0,49 ; IC à 95 % : 0,27–0,88), mais cela ne portait que sur une seule étude.

Limites

  • Aucun essai clinique randomisé n’a été inclus.