MG : Dépistage du cancer du sein et du col chez la femme généraliste : peut mieux faire !

  • Dr Chloe Vaneeren

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le dépistage du cancer du sein et du cancer du col de l'utérus fait partie des recommandations de bonne pratique. Sont-elles suivies par les femmes généralistes pour elles-mêmes ? Pour y répondre, toutes les femmes généralistes des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence âgées de 25 à 65 ans ont reçu un questionnaire auquel 65,3 % ont répondu. Âgées en moyenne de 47,8 ans, elles travaillent de 30 à 50 heures par semaine, 64,2 % étant leur propre médecin traitant et 57,2 % pratiquant la gynécologie. Les recommandations sont peu suivies : la date de la dernière mammographie est > 3 ans chez 22,2 % d'entre elles. La plupart des femmes retardent la mammographie par oubli ou négligence (53,9 %) ou manque de temps (46,2 %). La fréquence de la palpation des seins est de l'ordre de 2 ans ou plus chez 53,3 % d'entre elles. La fréquence des frottis du col est 3 ans (25,5 %), donnent comme raison le manque de temps (39,3 %) ou l'oubli (67,3 %).

Ces constatations conduisent les auteures de ce travail à proposer de développer et généraliser les campagnes de prévention globales sur le territoire pour ces « médecins-patients ». On peut se poser aussi la question de savoir ce qui se passe chez les hommes avec le dépistage du cancer de la prostate…