Métastases osseuses du cancer du sein : une méta-analyse appuie la réduction de la dose de zolédronate

  • Awan AA & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 1 août 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une méta-analyse suggère que la réduction de la dose de zolédronate, d’une administration toutes les 4 semaines à toutes les 12 semaines, chez les patientes présentant des métastases osseuses du cancer du sein, est associée à :
    • une réduction des arrêts du traitement liés à une toxicité ; et
    • un taux de patientes présentant au moins un événement squelettique (ES), un taux de morbidité squelettique et un délai jusqu’au premier ES similaires.

Pourquoi est-ce important ?

  • La réduction de la dose peut permettre de réduire la toxicité, le coût et le nombre de visites des patientes, ainsi que d’améliorer l’observance.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 8 études rapportées et de 1 résumé comprenant des données issues de 5 essais cliniques randomisés terminés ayant inclus 1 807 patientes atteintes d’un cancer du sein.
  • Financement : Aucun financement externe.

Principaux résultats

  • L’administration de zolédronate toutes les 12 semaines, comparativement à toutes les 4 semaines, n’a eu aucun impact significatif sur :
    • l’incidence d’au moins 1 ES au cours de l’étude (risque relatif [RR] résumé : 1,05 ; IC à 95 % : 0,88–1,25) ;
    • le délai jusqu’au premier ES (RR résumé : 1,06 ; IC à 95 % : 0,70–1,60) ;
    • le taux de morbidité squelettique (aucune analyse quantitative n’a été réalisée en raison de l’hétérogénéité dans le rapport des données).
  • Un traitement antérieur par bisphosphonates par voie intraveineuse n’avait aucun impact sur les résultats (RR résumé : 1,04 ; IC à 95 % : 0,88–1,24).
  • La réduction de la dose n’était pas associée à un risque accru :
    • d’ostéonécrose de la mâchoire (RR résumé : 0,59 ; IC à 95 % : 0,30–1,17) ;
    • d’augmentation du taux de créatinine (RR résumé : 0,41 ; IC à 95 % : 0,15–1,16).
  • Le taux d’arrêts du traitement liés à des événements indésirables était significativement plus faible dans le groupe avec réduction de la dose (2,8 % contre 5,5 % ; RR : 0,51 ; IC à 95 % : 0,30–0,89).

Limites

  • Les données concernant d’autres agents de modification osseuse que le zolédronate sont insuffisantes.