Métastases cérébrales liées à un mélanome : faut-il associer la radiothérapie au traitement systémique ?

  • Eur J Cancer

  • Par Nathalie Barrès
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une large étude française observationnelle de cohorte en vraie vie a évalué la radiothérapie (RT) combinée à un traitement systémique par immunothérapie ou thérapie ciblée, chez des patients atteints de métastases cérébrales liées à un mélanome. Les résultats montrent que ceux traités par RT combinée auraient une diminution de 40% du risque de mortalité par rapport à ceux qui n’ont pas reçu de RT combinée. 

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Les patients ayant des métastases cérébrales liées à un mélanome ont une survie globale médiane estimée à 4 mois. Deux évolutions thérapeutiques ont amélioré ce pronostic : la radiochirurgie stéréotaxique et le développement de thérapies ciblées et d’immunothérapies. De récents essais cliniques non randomisés ont suggéré que la combinaison des traitements médicamenteux à la radiothérapie pourrait être synergique sans pour autant augmenter la toxicité. D’où l’intérêt d’évaluer ces stratégies. Cette étude est particulièrement intéressante également car elle est menée en vraie vie et reflète ainsi les pratiques cliniques auprès de patients qui sont habituellement exclus des essais cliniques et pour lesquels il est utile d’améliorer la prise en charge.

Méthodologie

Cette étude observationnelle prospective menée en vraie vie a évalué la survie globale d’une large cohorte de patients (identifiés via MelBase, une base de données française dédiée au suivi prospectif des patients atteints de mélanome avancé). Les patients évalués recevaient de manière combinée une radiothérapie et un traitement par immunothérapie (ipilimumab ou anti-PD1) ou une thérapie ciblée (anti-BRAF ± anti-MEK). Des scores de propension ont été utilisés afin d’ajuster les différences des caractéristiques patients. La RT était considérée comme combinée si elle était délivrée dans les 30 jours avant la première dose de traitement systémique et jusqu’à 30 jours après. La date de première administration de traitement systémique a été considérée comme l’inclusion. 

Principaux résultats

Au total, 262 patients ont été identifiés entre décembre 2013 et décembre 2017, âge médian 61 ans, 57% d’hommes. 35% d'entre eux ont reçu une RT combinée (n=81), et parmi ces patients, 87% ont reçu une radiochirurgie stéréotaxique, 13% une RT cérébrale totale et 21% une RT non combinée en plus d’une RT combinée. À l’inclusion, 69% et 60% des patients étaient traités par immunothérapie et 31 et 40% par thérapie ciblées, respectivement dans les groupes RT combinée et RT non combinée. La durée médiane du suivi était de 6,9 mois. 

  • Après pondération, la survie globale médiane était de 15,3 mois dans le groupe RT combinée et de 6,2 mois dans le groupe RT non combinée. 
  • Les survies globales à 1 an et 2 ans, étaient de 58,9% et 37,4% dans le groupe RT combinée et de 33,8% et 22,4% dans le groupe RT non combinée.
  • Après pondération par score de propension, la RT combinée était associée à une augmentation de la survie globale (hazard ratio 0,6 [0,4-0,8], p=0,007).

Principales limitations

Absence de revue centrale de neuro-imagerie et étude non randomisée.