Métastases cérébrales du CPNPC : la réalisation d’une chirurgie avant la radiochirurgie stéréotaxique n’apporte aucun bénéfice

  • Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients présentant des métastases cérébrales importantes du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC), qui ont fait l’objet d’une radiochirurgie stéréotaxique multifractionnée (RCSmf) seule ont obtenu des taux de SG et de contrôle local (CL) similaires aux patients ayant fait l’objet d’une chirurgie et d’une RCSmf, avec une réduction des taux de radionécrose (RN) cérébrale et de propagation leptoméningée de la maladie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Environ un tiers des patients atteints d’un CPNPC développent des métastases cérébrales.

Protocole de l’étude

  • 222 patients présentant 241 métastases cérébrales (2–4 cm) dues au CPNPC ont fait l’objet d’une chirurgie suivie d’une RCSmf postopératoire (3 × 9 Gy) au niveau de la cavité de résection (n = 95), ou d’une RCSmf seule pour au moins 1 métastase de 2–4 cm (n = 127).
  • La durée de suivi médiane était de 13 mois.
  • Financement : Aucun.

Principaux résultats

  • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes au niveau du taux de contrôle local.
  • L’association chirurgie et RCSmf et la RCSmf seule ont permis d’obtenir une SG médiane (13,5 contre 15,2 mois) et un taux de survie à 1 an (59 % contre 68 % ; P = 0,2) similaires.
  • 18 patients ayant fait l’objet de l’association chirurgie et RCSmf, et 17 patients ayant fait l’objet d’une RCSmf seule, ont présenté une récidive locale (P = 0,2).
  • Le taux de RN à 12 mois était de 5 % avec la RCSmf seule et de 11 % avec l’association chirurgie et RCSmf (P = 0,03).
  • La RCSmf seule a permis d’obtenir un taux significativement plus faible de maladie leptoméningée, comparativement à l’association chirurgie et RCSmf (0 % contre 7 % ; P = 0,01).

Limites

  • Étude rétrospective.