Métastases cérébrales du cancer du sein : une dose élevée de méthotrexate par voie intraveineuse se montre prometteuse dans une étude française

  • Bazan F & al.
  • BMC Cancer
  • 1 nov. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une dose élevée de méthotrexate (MTX) par voie intraveineuse, qui traverse la barrière hémato-encéphalique, offre un profil d’efficacité et de toxicité favorable dans le cadre d’un petit essai de phase II non contrôlé, mené auprès de patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique (CSm) au niveau du système nerveux central (SNC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Des métastases cérébrales sont présentes dans 10–42 % des cas de CSm.
  • Le traitement de référence, qui consiste à administrer une radiothérapie et à réaliser une intervention chirurgicale, est associé à une survie médiane de moins de un an seulement.
  • Les résultats de cet essai sont suffisamment prometteurs pour justifier un essai avec une dose de MTX encore plus élevée.

Protocole de l’étude

  • Un essai non contrôlé de phase II à groupe unique et mené en ouvert a évalué l’administration d’une dose élevée (3 g/m2) de MTX par voie intraveineuse, chez des patientes consécutives atteintes d’un CSm au niveau du SNC (n = 22), qui se sont présentées dans un hôpital universitaire en France (2004–2009).
  • Le délai jusqu’à la progression (Time to Progression, TTP) est l’intervalle entre le premier traitement et la date de progression de la maladie ou le décès.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Composition de la population de patientes : 50 % de cancers à récepteurs hormonaux (Hormone Receptors, HR) positifs, 45 % de cancers à HR négatifs et 9 % de cancers triple négatifs.
  • La durée de suivi médiane était de 11 mois.
  • Réponse au MTX dans le SNC :
    • taux de réponse partielle : 9 % ;
    • taux de stabilisation de la maladie : 45 % ;
    • taux de progression de la maladie : 45 %.
  • Réponse au MTX dans d’autres sites métastatiques : 
    • taux de stabilisation de la maladie : 39 % ;
    • taux de progression de la maladie : 61 %.
  • TTP : 2,1 mois (IC à 95 % : 1,4–2,9).
  • Survie globale (SG) : 6,3 mois (IC à 95 % : 1,8–10).
  • Toxicité :
    • Aucune toxicité de grade 5.
    • 18 % des patientes ont présenté une toxicité hématologique de grade 3–4.
    • Les toxicités non hématologiques de grades 3–4 les plus fréquentes étaient le taux de transaminases hépatiques sériques élevé (18 %) et la stomatite (9 %).

Limites

  • Protocole observationnel, monocentrique, en ouvert et non contrôlé.
  • Échantillon de petite taille.