Métastases cérébrales dans le cadre du CS HER2+ : l’association nératinib et capécitabine est active dans l’essai TBCRC 022

  • Freedman RA & al.
  • J Clin Oncol
  • 12 mars 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association nératinib et capécitabine permet d’obtenir un taux de réponse objective (TRO) de 33 à 49 % contre les métastases cérébrales, chez les patientes ayant ou non, respectivement, des antécédents de traitement par lapatinib pour un cancer du sein métastatique (CSm) à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) positif.

Pourquoi est-ce important ?

  • 50 % des patientes atteintes d’un CSm HER2+ développent des métastases cérébrales.

Protocole de l’étude

  • À partir des patientes atteintes d’un CSm HER2+ avec des métastases cérébrales incluses dans l’essai TBCRC 022, 2 cohortes de phase II à groupe unique, en ouvert, ont été constituées ; l’1 des 2 cohortes comprenait des patientes naïves de lapatinib (n = 37) et l’autre des patientes ayant déjà reçu du lapatinib (n = 12). Les 2 cohortes ont reçu 240 mg de nératinib par voie orale une fois par jour, ainsi que 750 mg/m2 de capécitabine 2 fois par jour pendant 14 jours, suivis d’une fenêtre thérapeutique de 7 jours.
  • La mesure du TRO nécessitait une réduction de 50 % ou plus de la somme des volumes des lésions cibles dans le système nerveux central (SNC), sans progression des lésions non ciblées, nouvelles lésions, augmentation de la dose de stéroïdes, signes ou symptômes neurologiques progressifs, ou progression en dehors du SNC.
  • Financement : Puma Biotechnology ; diverses fondations.

Principaux résultats

  • Les patientes naïves de lapatinib présentaient un TRO de 49 % (IC à 95 % : 32–66 %), une SSP médiane de 5,5 mois et une SG médiane de 13,3 mois.
  • Les patientes ayant reçu du lapatinib présentaient un TRO de 33 % (IC à 95 % : 10–65 %), une SSP médiane de 3,1 mois et une SG médiane de 15,1 mois.
  • La toxicité la plus fréquente était la diarrhée (29 %), malgré un traitement prophylactique.

Limites

  • Protocoles observationnels et en ouvert.