Métastases cérébrales dans le cadre du cancer du sein : la SG s’est améliorée au fil du temps avec un traitement d’association

  • Leone JP & al.
  • Am J Clin Oncol
  • 30 juin 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La SG s’est améliorée au fil du temps depuis 1992 chez les patientes âgées (de 65 ans ou plus) atteintes d’un cancer du sein avec des métastases cérébrales (CSMC) ayant reçu un traitement d’association avec une radiothérapie, une résection et/ou une chimiothérapie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patientes âgées doivent être informées de l’amélioration du pronostic avec ce traitement.

Protocole de l’étude

  • Cohorte rétrospective de 5 969 patientes âgées atteintes d’un CSMC, issues de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER)-Medicare (1992–2012).
  • Financement : Centre de cancérologie générale Holden de l’Université de l’Iowa (University of Iowa Holden Comprehensive Cancer Center).

Principaux résultats

  • Le taux de traitement a augmenté, passant de 50 % en 1992 à 64,1 % en 2012 (P 
  • Le traitement d’association avec une radiothérapie, une résection et/ou une chimiothérapie a augmenté, passant de 8,8 % en 1992 à 18 % en 2012 (P 
  • Le traitement d’association était plus susceptible d’être utilisé chez les patientes présentant des métastases extracrâniennes, des tumeurs négatives aux récepteurs des œstrogènes, des métastases cérébrales plus récentes, chez les patientes plus jeunes au moment du diagnostic, et en l’absence de comorbidités, comparativement à aucun traitement (P 
  • La SG s’est améliorée au fil du temps pour le traitement d’association (RR de décès : 0,89 pour chaque tranche plus récente de cinq ans de diagnostics ; P 
  • Une SG plus courte était associée à un âge plus avancé, à la présence de métastases extracrâniennes et aux tumeurs négatives aux récepteurs des œstrogènes/de la progestérone (P 

Limites

  • Conception rétrospective.