Méta-analyse sur le cancer du sein HER2+ : l’ajout du pertuzumab surpasse d’autres inhibiteurs de HER2

  • Chen S & al.
  • BMC Cancer
  • 21 oct. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer du sein à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) positif, le pertuzumab (P), associé à H (trastuzumab ou trastuzumab emtansine avec ou sans chimiothérapie), surpasse H seul dans une méta-analyse.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats appuient l’utilisation de multiples inhibiteurs de HER2, qui incluent à la fois P et le trastuzumab, dans les contextes néoadjuvant et métastatique.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 26 essais contrôlés randomisés (n = 9 872), identifiés après une recherche effectuée dans les bases de données PubMed, Cochrane, Science Direct, EMBASE et ClinicalTrials.gov.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Contexte néoadjuvant :
    • La combinaison P + H était associée à une amélioration de la réponse pathologique complète (RCp) de 33 %, par rapport à H seul (rapport de cotes [RC] : 1,33 ; P = 0,006).
    • Dans l’analyse des sous-groupes, la combinaison P + H, chez les patientes atteintes d’un cancer à récepteurs hormonaux négatifs (Hormone Receptors-negative, HR-)/HER2+, était associée à une amélioration de la RCp de 54 %, par rapport aux patientes atteintes d’un cancer HR+/HER2+ (rapport de risque [RR] : 0,46 ; P 
  • Contexte métastatique :
    • La combinaison P + H était associée à une survie sans progression (SSP) 25 % plus longue, par rapport à H seul (RR : 0,75 ; P 
  • Sécurité d’emploi :
    • La combinaison P + H a été associée un nombre de cas significativement plus élevé d’éruption cutanée, de diarrhée, d’épistaxis, d’inflammation des muqueuses et d’anémie, comparativement à H seul.
    • Aucune différence significative n’a été observée concernant les cas de myalgie avec la combinaison P + H (RC : 0,91 ; P = 0,072).
    • Aucune différence n’a été observée entre les groupes concernant la toxicité cardiaque (RC : 1,26 ; P = 0,309).

Limites

  • Inclusion de certains essais à un seul groupe et d’essais non randomisés.
  • Certaines données étaient manquantes.