Méta-analyse : le traitement combiné se révèle être plus efficace dans le cadre du CPNPC

  • Zhou Y & al.
  • J Immunother Cancer
  • 22 déc. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le traitement de première intention par chimiothérapie combiné à des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire qui bloquent la PD-1 (Programmed cell Death 1, mort cellulaire programmée 1) et le PD-L1 (Programmed cell Death 1 Ligand 1, ligand 1 de mort cellulaire programmée 1) a entraîné une SG significativement plus longue et une moindre progression de la maladie, par rapport à la chimiothérapie seule, quelle que soit l’expression de PD-L1.
  • Le traitement combiné a entraîné des taux d’événements indésirables (EI) liés au traitement significativement plus élevés.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’hypothèse selon laquelle les bénéfices des inhibiteurs de PD-1/PD-L1 sont supérieurs à la toxicité accrue du traitement ne fait pas l’unanimité.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse de 6 essais contrôlés randomisés menés auprès de 3 144 patients atteints d’un CPNPC de stade avancé a été réalisée.
  • Financement : Programme national principal de recherche et de développement de Chine ; Fondation nationale des sciences naturelles de Chine et autres.

Principaux résultats

  • Les inhibiteurs de PD-1/PD-L1 combinés à une chimiothérapie ont réduit de manière significative le risque de progression de la maladie (RR : 0,62 ; P 
  • Le taux de réponse objective était significativement plus élevé avec les inhibiteurs de PD-1/PD-L1 combinés à une chimiothérapie, par rapport à une chimiothérapie seule (rapport relatif combiné : 1,56 ; P 
  • Les résultats étaient meilleurs avec les inhibiteurs de PD-1/PD-L1 combinés à une chimiothérapie, quel que soit le taux d’expression de PD-L1.
  • Les EI liés au traitement de grade supérieur ou égal à 3 étaient significativement plus fréquents avec les inhibiteurs de PD-1/PD-L1 combinés à une chimiothérapie (rapport relatif combiné : 1,14 ; P = 0,007), tout comme les EI graves liés au traitement (rapport relatif combiné : 1,70 ; P = 0,006).

Limites

  • Biais dans la sélection des patients et absence de données individuelles relatives aux patients.