Méta-analyse : l’acide zolédronique permet-il de prévenir la perte osseuse dans le cadre du cancer du sein précoce ?

  • Mei M & al.
  • Curr Probl Cancer
  • 1 nov. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une méta-analyse révèle que l’acide zolédronique (AZ) prévient la perte osseuse chez les patientes atteintes d’un cancer du sein précoce (CSp), mais que les résultats varient en fonction du site osseux et du statut ménopausique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les traitements adjuvants du cancer du sein, tels que l’endocrinothérapie, provoquent une perte osseuse et exposent donc les patientes à un risque de fracture.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse de 13 essais contrôlés randomisés (ECR) ayant inclus 7 375 participantes, identifiées après une recherche effectuée dans les bases de données PubMed, EMBASE et Cochrane, a été réalisée.
  • La durée du traitement par AZ était comprise entre 1 et 5 ans ; l’efficacité du traitement était évaluée en fonction de la densité minérale osseuse (DMO).
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; Fondation des sciences naturelles de Pékin.

Principaux résultats

  • Dans une population mixte (patientes ménopausées et non ménopausées), l’AZ a augmenté la DMO au niveau de l’ensemble des 3 sites osseux, comparativement à l’absence d’AZ :
    • Rachis lombaire (RL ; différence moyenne [DM] : 0,06 g/cm2 ; P = 0,00001).
    • Hanche totale (HT ; DM : 0,03 g/cm2 ; P = 0,00001).
    • Col fémoral (CF ; DM : 0,03 g/cm2 ; P = 0,01).
  • Dans le sous-groupe de patientes non ménopausées, l’AZ (contre l’absence d’AZ) a permis d’augmenter la DMO au niveau d’un site :
    • RL (DM : 0,06 g/cm2 [IC à 95 % : 0,05–0,08]).
    • HT (aucune différence).
    • CF (aucune différence).
  • Dans le sous-groupe de patientes ménopausées, l’AZ (contre l’absence d’AZ) a permis d’augmenter la DMO au niveau de deux sites :
    • RL (DM : 0,06 g/cm2 [IC à 95 % : 0,05–0,07]).
    • HT (DM : 0,04 g/cm2 [IC à 95 % : 0,03–0,04]).
    • CF (aucune différence).

Limites

  • Hétérogénéité entre les études.