Méta-analyse Cochrane : le traitement par ondes de choc apporte peu de bénéfices dans le cadre de la maladie de la coiffe des rotateurs

  • Surace SJ & al.
  • Cochrane Database Syst Rev
  • 4 mars 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le traitement par ondes de choc à trois mois de suivi apporte peu de bénéfices pour les patients atteints de la maladie de la coiffe des rotateurs, selon une méta-analyse Cochrane.

Pourquoi est-ce important ?

  • La prévalence de la maladie de la coiffe des rotateurs augmente avec le vieillissement de la population.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 32 essais contrôlés randomisés et d’essais cliniques contrôlés (N = 2 281).
  • Financement : aucune source externe.

Principaux résultats

  • À 3 mois de suivi, l’obtention d’un soulagement de la douleur d’au moins 50 % n’était pas meilleure dans le groupe du traitement par ondes de choc que dans le groupe témoin (risque relatif : 1,10 ; IC à 95 % : 0,62–1,94), avec un faible niveau de certitude.
  • Le soulagement de la douleur sur une échelle visuelle analogique (0–10) était légèrement meilleur dans le groupe du traitement par ondes de choc (différence moyenne standardisée [DMS] : -0,49 ; IC à 95 % : -0,88 à -0,11), par rapport au groupe témoin (niveau de certitude modéré).
    • L’effet absolu était plus élevé de 0,78 point, ce qui était insuffisant pour être considéré comme cliniquement important (seuil : 1,5 point).
  • La fonction n’était pas meilleure dans le groupe du traitement par ondes de choc (DMS : 0,62 ; IC à 95 % : 0,13–1,11), avec un niveau de certitude modéré.
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes concernant le nombre de participants arrêtant le traitement pour cause d’événements indésirables ou d’intolérance au traitement, ni concernant les événements indésirables présentés.

Limites

  • Certitude des données probantes faible à modérée en raison de biais.
  • Peu de bénéfices cliniquement importants.