Mesure non invasive par IRM cardiovasculaire des variations de la rigidité de l’artère pulmonaire pendant l’activité physique

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • L'imagerie par résonance magnétique cardiovasculaire (IRMC) peut être utilisée avec succès pour mesurer de manière non invasive l’effet de la contrainte associée à l’activité physique sur la rigidité de l’artère pulmonaire.

Conception de l’étude

  • Une IRMC a été effectuée chez 21 volontaires sains (sans maladie cardiovasculaire, pulmonaire ou rénale).
  • Les images ont été acquises au repos, puis après que les participants à l’étude ont utilisé un step compatible avec la IRM fabriqué sur mesure pour pratiquer une activité physique (deux étapes d’activité physique faible à modérée de 3 à 4 minutes chacune).
  • Principales mesures destinées à évaluer la rigidité de l’artère pulmonaire : a) variation relative de la zone (VRZ) dans la principale zone de contrainte de l’artère pulmonaire pendant le cycle cardiaque et b) vitesse des ondes pulsatiles (VOP).

Principaux résultats

  • La VRZ de l’artère pulmonaire principale a diminué de 0,34 ± 0,11 au repos à 0,27 ± 0,09 à la première étape de l’activité physique, puis à 0,24 ± 0,10 à la seconde étape de l’activité physique.
  • La VOP de l’artère pulmonaire principale a augmenté de 1,6 ± 0,5 m/s au repos à 2,7 ± 1 m/s à la première étape de l’activité physique, puis à 3,6 ± 1,4 m/s à la seconde étape de l’activité physique.
  • Le consensus entre les observateurs concernant la quantification du débit, de la VRZ et de la VOP de l’artère pulmonaire principale était bon.

Limites

  • Les variations entre les plans d’imagerie pourraient introduire des erreurs dans les mesures de la VRZ et de la VOP.
  • Hypothèse d’une propagation d’ondes unidirectionnelles dans le vaisseau ; des techniques d’imagerie avec résolution spatiale et temporelle supérieure amélioreraient la précision des calculs de la VOP.

 

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude établit en premier lieu la faisabilité et la reproductibilité de la IRMC comme méthode non invasive d’évaluation de la fonction vasculaire pulmonaire dans le cadre d’une activité physique, et montre par ailleurs que l’artère pulmonaire se rigidifie en réponse à un exercice modéré aigu.