Mesure des lipoprotéines (a) : quelle en est l’utilité ?

  • Furlan L & al.
  • JAMA Intern Med
  • 19 janv. 2021

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Pour les patients qui présentent un faible risque d’événements de maladie cardiovasculaire (MCV), la mesure des lipoprotéines (a) n’apporte pas grand-chose au tableau clinique et peut être source d’anxiété, entraîner des coûts supplémentaires et conduire à l’administration d’un traitement inapproprié.
  • Ces cliniciens font valoir leurs arguments dans un article intitulé « Une occasion d’apprendre » (Teachable moment) publié dans la revue JAMA Internal Medicine.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une méta-analyse récente a montré une association modeste entre les niveaux élevés de lipoprotéines (a) et les événements de MCV.

Principaux résultats

  • Les auteurs commencent par évoquer un cas, celui d’une femme de 64 ans ayant des antécédents d’arythmie complète par fibrillation atriale (ACFA) paroxystique et présentant un risque faible d’événement de MCV à 10 ans, établi à 3,6 % selon un calculateur de risque standard.
    • Son taux de lipoprotéines (a) était de 110 mg/dl, qu’elle jugeait préoccupant.
    • Ses autres mesures des lipides étaient les suivantes : 224 mg/dl pour le cholestérol total ; 107 mg/dl pour les lipoprotéines de haute densité ; 97 mg/dl pour les lipoprotéines de faible densité et 96 mg/dl pour les triglycérides.
    • Son clinicien l’a mise sous une statine et l’a orientée vers un cardiologue.
  • Enseignements pédagogiques, selon les auteurs :
    • Il n’existe pas de consensus sur un seuil élevé de lipoprotéines (a).
    • Il n’existe pas de médicaments disponibles pour réduire les lipoprotéines (a).
    • Aucun essai n’a montré une réduction du risque de MCV obtenue par la réduction des lipoprotéines (a).
    • Les auteurs affirment qu’il « n’existe pas de données probantes satisfaisantes » soutenant l’ajout des lipoprotéines (a) en tant que marqueur de l’estimation du risque de MCV.
    • Ils appellent à la conduite d’essais visant à déterminer si la mesure des lipoprotéines (a) permet d’améliorer la stratification des risques.
  • Pour cette patiente en particulier, ils ont conclu qu’elle n’avait pas besoin du traitement par statine.

Méthodologie

  • Rapport de cas et perspective fondée sur les données probantes.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.