Mesure de la pression artérielle : la Société française d’hypertension artérielle tire la sonnette d’alarme et émet ses recommandations


  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les Français connaissent moins souvent leurs chiffres de pression artérielle (PA) que les autres pays occidentaux, et la proportion des hypertendus traités est également plus faible dans notre pays. Ce constat est tiré depuis plusieurs années par la Société française d’hypertension artérielle (SFHTA). Elle a souhaité rappeler les principes concernant les bonnes pratiques de mesure de la PA.

Recommandations 1 et 2 - Pour le diagnostic et le suivi de l’HTA au cabinet médical et en ambulatoire, il est recommandé d’utiliser les tensiomètres. Il est recommandé de mesurer la PA à l’aide d’un appareil électronique oscillométrique ayant obtenu le marquage CE et validé.

Le groupe d’experts souligne que les appareils traditionnels (sphygmomanomètres) sont fragiles et nécessitent une calibration régulière qui est souvent non réalisée. Ils peuvent néanmoins être envisagés en cas de doute sur la fiabilité de la mesure électronique (arythmie, pré-éclampsie, enfant).

Recommandations 3 et 4 – Les tensiomètres doivent être utilisés avec un brassard huméral adapté à la circonférence du bras.

Le texte écarte la mesure au poignet qui expose à plus d’erreurs de mesure. Il rappelle que le rôle du brassard n’est pas le même dans la méthode auscultatoire par sphygmomanomètre et dans la mesure électronique (occlusion artérielle pour la première, compression et mesure pour la seconde) et qu’il ne doit ainsi pas répondre aux mêmes caractéristiques. L’utilisation de 3 ou 4 brassards de taille différente est préconisée concernant la méthode auscultatoire afin de répondre à tous les tours de bras.

Recommandations 5 et 6 – La mesure est réalisée en position assise ou couchée après quelques minutes de repos, sans parler et sans avoir fumé. Elle est initialement réalisée sur les deux bras, puis en position debout.

La mesure au niveau des deux bras permet la recherche d’une asymétrie (sur-risque cardiovasculaire au-dessus de 15 mmHg de différence) et l’identification du bras associé à la mesure la plus élevée (bras de référence). La mesure en position debout permet de rechercher une hypotension orthostatique (personnes >65 ans, polymédiquées, diabétiques…) c’est-à-dire baisse d’au moins 20 mmHg de la PA systolique (PAS) et d’au moins 10 mmHg de la PA diastolique (PAD) dans les 3 minutes suivant le passage debout.

Recommandation 7 – La mesure doit être répétée au cours de la consultation.

La mesure répétée de consultation (MRC), idéalement réalisée avec un tensiomètre oscillométrique automatique, permet de réaliser 3 mesures consécutives à 1 minute d’intervalle, les deux dernières mesures étant moyennées pour définir le niveau de PA dans le cadre du diagnostic ou du suivi de l’HTA.

Recommandations 8 et 9 - L’automesure tensionnelle (AMT) doit être réalisée après quelques minutes de repos en position assise, avec 3 mesures le matin au petit déjeuner et 3 mesures le soir avant le coucher pendant 3 jours, chaque série étant réalisée à une minute d’intervalle.

La valeur pronostique de l’AMT est supérieure à celle de la mesure réalisée au cabinet médical. Elle doit être privilégiée à la mesure ambulatoire de pression artérielle sur 24 heures (MAPA). Elle permet de diagnostiquer notamment l’effet blouse blanche et les HTA masquées. C’est le patient ou son aidant qui conduit l’automesure (brassard huméral).

Recommandation 10 - La MAPA sur 24 heures est utile pour poser le diagnostic d’HTA en l’absence d’AMT, pour évaluer la PA nocturne, en cas de suspicion d’hypotension artérielle, de grande variabilité ou en cas d’HTA non contrôlée par au moins une trithérapie.

Chez le sujet diagnostiqué, la MAPA des 24 heures permet de connaître les valeurs et variations diurnes et nocturnes, indispensables pour évaluer le pronostic cardiovasculaire. Elle offre une meilleure corrélation au risque d’évènements et à l’atteinte d’organes cibles que la mesure clinique de la PA au cabinet médical. Il faut a minima réaliser 14 mesures de jour et 7 mesures de nuit afin d’obtenir un résultat fiable. La MAPA est adaptée en particulier aux sujets âgés, enfants et adolescents, femmes enceintes, patients à haute variabilité tensionnelle et à haut risque cardiovasculaire.

Recommandations 11 et 12 - Il est recommandé de réaliser des mesures en dehors du milieu médical (AMT) avant de débuter un traitement antihypertenseur, avant de modifier la posologie du traitement antihypertenseur, en cas de suspicion d’HTA résistante pour éliminer un effet blouse blanche, avant une consultation dans le cadre du suivi de l’hypertension artérielle traitée, dans le suivi des patients ayant une HTA blouse blanche pour dépister l’apparition d’une HTA permanente. Il est suggéré de considérer, chez l’hypertendu traité, une HTA masquée comme une HTA non contrôlée, et d’adapter le traitement antihypertenseur en conséquence.

Ces recommandations sont issues d’études cliniques randomisées, et confirmées par des méta-analyses. L’approche par AMT est également supérieure au suivi classique en termes de coût-efficacité.

Recommandation 13 - Il est suggéré de limiter l’usage de la pression centrale au cadre de la recherche clinique.