MERS : l’IFN bêta-1b recombinant associé à du lopinavir/ritonavir est lié à une mortalité plus faible

  • Arabi YM & al.
  • N Engl J Med
  • 7 oct. 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association de l’interféron (IFN) bêta-1b recombinant et du lopinavir/ritonavir est liée à une réduction de la mortalité à 90 jours chez les patients hospitalisés pour cause de syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Middle Eastern Respiratory Syndrome, MERS) sévère.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le bénéfice clinique semble être dépendant du temps, et l’administration du traitement dans les sept jours suivant l’apparition des symptômes a semblé améliorer les résultats.
  • Auteurs : le fait d’écraser les comprimés pourrait entraîner une réduction de la biodisponibilité et la rendre imprévisible ; le lopinavir/ritonavir sous forme de suspension pourrait alors être préférable.

Principaux résultats

  • 95 patients présentant un MERS (43 faisant l’objet de l’intervention et 52 recevant un placebo) ont été inclus.
  • Durée médiane entre l’apparition de la maladie et l’inclusion dans l’étude : sept jours pour les patients du groupe de l’intervention et sept jours et demi pour les patients du groupe du placebo.
  • Les patients ont reçu :
    • 7 doses d’IFN bêta-1b recombinant ou 7 placebos ;
    • 27 doses de lopinavir-ritonavir ou 26 placebos.
  • Taux de mortalité toutes causes confondues à 90 jours :
    • 28 % dans le groupe de l’intervention, contre 44 % dans le groupe du placebo.
    • Différence de risque : -19 points de pourcentage (limite supérieure de l’IC à 97,5 % : -3 ; P unilatérale = 0,024).
  • Le moment d’administration du traitement a été associé à la mortalité à 90 jours :
    • Dans les sept jours ayant suivi l’apparition des symptômes : risque relatif (RR) de 0,19. 
    • Plus de sept jours après l’apparition des symptômes : RR de 1,18 (P = 0,0006).
    • Taux de fausses découvertes : 0,03.
  • Nombre médian de jours sans ventilation artificielle :
    • Groupe de l’intervention : 16 (intervalle interquartile : 0–28).
    • Placebo : 5,5 (0–28).
  • Taux d’événements indésirables graves : 9 % dans le groupe de l’intervention, contre 19 % dans le groupe du placebo.

Méthodologie

  • Un essai séquentiel par groupe, en 2 phases, randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo a été réalisé.
  • Financement : Centre international de recherche médicale du Roi Abdullah.

Limites

  • Étude interrompue de manière précoce et disposant d’une puissance statistique insuffisante.
  • Surestimation de l’effet du traitement.