Méningite à pneumocoques : vers une perte de protection du vaccin 13-valent ?

  • Ouldali N & al.
  • Lancet Infect Dis
  • 23 juil. 2018

  • de Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Au cours des 16 dernières années, les vaccins antipneumococciques 7-valent, puis 13-valent, ont permis de réduire la fréquence des méningites à pneumocoques parmi les enfants français de moins de 15 ans de 0,12 à un minimum de 0,07 cas pour 100.000 en décembre 2014. Ensuite, une augmentation de l’incidence de la maladie a été notée sur 2015 et 2016, et a atteint 0,13 cas pour 100.000 habitants.
  • L’analyse des sérotypes incriminés montre que le sérotype 24F, qui n’est pas ciblé par le vaccin, est impliqué dans 21% des cas sur ces deux dernières années. Son incidence augmente de façon régulière de 46,6% par mois sur cette période, tandis que la proportion des souches 24F résistantes à la pénicilline est également en augmentation.
  • Ces résultats, s’ils viennent à être confirmés par de futures études et par l’augmentation parallèle des autres pathologies liées à ce pneumocoque, constitueraient une incitation à développer la formulation d’un nouveau vaccin.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée?

Aucune étude à long terme n’avait été conduite sur l’incidence de la méningite à pneumocoques chez les enfants depuis la mise à disposition du vaccin 13-valent.

Méthodologie

  • Les cas de méningites à pneumocoques ont été déclarés par 227 services de pédiatrie et 168 services de biologie français. Tous les cas touchant les enfants de 1 jour à 15 ans entre janvier 2001 et décembre 2016 ont été recensés.

  • L’analyse a été menée sur 5 périodes de temps successives : de janvier 2001 à décembre 2002 où le vaccin 7-valent était disponible mais non remboursé et réservé à des profils cliniques spécifiques, de mai 2003 à mai 2005 où il était remboursé et recommandé chez des sujets à risque, de juin 2006 à mai 2010 où sa recommandation et son remboursement ont été généralisés à tous les enfants de moins de 2 ans, entre juin 2011 et décembre 2014,  période de généralisation du vaccin 13-valent en remplacement du vaccin 7-valent, et enfin de janvier 2015 à décembre 2016.

Principaux résultats

  • Avant 2003, l'incidence mensuelle moyenne de la méningite à pneumocoques estimée était de 0,13 pour 100.000 enfants de moins de 15 ans. Ce chiffre suivait des tendances non significatives sur les deux périodes suivantes (-0,4% par mois puis + 0,4% par mois, NS). Après la mise sur le marché du vaccin 13-valent, l'incidence a diminué progressivement pour atteindre une incidence mensuelle de 0,07 pour 100.000 enfants fin 2014. Sur la dernière période de temps analysée, l'incidence a fortement augmenté pour atteindre une incidence mensuelle de 0,13 pour 100.000 enfants en décembre 2016.

  • Chez les moins de 2 ans, l'incidence mensuelle de la méningite à pneumocoques était de 0,85 pour 100.000 avant l’introduction du premier vaccin, soit 7 fois et 25 fois celle des 2-5 ans et des 5-15 ans respectivement. Sur la dernière période (2015-16), ce chiffre a augmenté de 2,7% alors qu’il avait diminué de 1,2% sur la première période d’introduction du vaccin 13-valent. Sur ces deux dernières phases, les tendances observées au sein des autres tranches d’âge n’étaient pas significatives.

  • Sur 2015-2016, les sérotypes émergents non ciblés par le vaccin 13-valent étaient le 24F (21%), puis le 15B-C (8%), le 23B (6%), le 22F (6%) et le 12F (5%). L'incidence des méningites liées au sérotype 24F aurait augmenté de 46,6% par mois (p = 0,0002) au cours des 2 dernières années de l'étude, soit +1117 % entre les deux bornes de cette période. La proportion d'isolats 24F résistants à la pénicilline est, lui, passé de 18% à 74% entre 2011 et 2016.

Principales limitations

Absence de groupe contrôle et évaluation de la protection vaccinale uniquement à partir des cas de méningites.

Financement

L'étude a reçu des fonds d'origine publique, d'associations médicales et de Pfizer.

Référence

Ouldali N et al. Incidence of paediatric pneumococcal meningitis and emergence of new serotypes: a time-series analysis of a 16-year French national survey. Lancet Infect Dis DOI: https://doi.org/10.1016/S1473-3099(18)30349-9 AL OK 10/08/18