Même les adultes les plus en forme courent un risque de maladie cardiovasculaire


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même si les adultes d’âge moyen font plus d’exercice et vivent plus longtemps, une nouvelle recherche suggère que même les adultes les plus en forme ne sont pas à l’abri d’un risque cardiovasculaire élevé et d’une maladie cardiovasculaire et que certains pourraient bénéficier de la réalisation d’une épreuve d’effort. 

Dans le cadre d’une nouvelle étude publiée dans la revue BMJ Open Sport and Exercise Medicine, des chercheurs ont entrepris de déterminer le risque cardiovasculaire et d’évaluer l’efficacité d’outils de dépistage préparticipation chez 798 athlètes vétérans âgés de 35 ans et plus.

Tous les participants ont fait l’objet d’un dépistage préparticipation qui comprenait le score du risque de Framingham (Framingham Risk Score, FRS). D’autres évaluations ont été réalisées en cas de résultat anormal au dépistage préparticipation.

Une maladie cardiovasculaire a été détectée chez 11,4 % des participants tandis que des profils de risque cardiovasculaire élevé (FRS ≥ 20 %) ont été décelés chez 8,5 % d’entre eux. Dix athlètes ont reçu un diagnostic de maladie de l’artère coronaire (MAC) significative, dont 90 % étaient asymptomatiques.

Les auteurs ont déclaré que les athlètes vétérans ne sont pas à l’abri d’un risque cardiovasculaire élevé et que ceux présentant des facteurs de risque pourraient bénéficier de la réalisation d’une épreuve d’effort (EE) maximal, quel que soit leur niveau de forme. Un FRS élevé a été le meilleur prédicteur d’une MAC chez les athlètes vétérans et les auteurs ont déclaré que cette donnée devait être intégrée au dépistage préparticipation.