Mélanome : une sous-analyse de l’essai KEYNOTE-006 appuie l’installation du pembrolizumab comme traitement de référence

  • Carlino MS & al.
  • Eur J Cancer
  • 7 août 2018

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats de l’essai de phase III, randomisé, en ouvert KEYNOTE-006 ont démontré la supériorité du pembrolizumab sur l’ipilimumab dans le mélanome avancé, en première ou en deuxième intention, quel que soit l’expression du ligand 1 de mort programmée (Programmed Death Ligand 1, PD-L1).

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude suggère des bénéfices relatifs pour le pembrolizumab en monothérapie comme traitement de référence.

Principaux résultats

  • Les patients ayant reçu du pembrolizumab ont présenté une amélioration de la SSP à 24 mois, par rapport à ceux ayant reçu de l’ipilimumab :
    • 31,0 % contre 14,6 % chez les patients naïfs de traitement ;
    • 25,7 % contre 11,3 % chez les patients déjà traités ;
    • 33,2 % contre 13,1 % chez les patients atteints de tumeurs positives pour PD-L1 ;
    • 14,9 % contre non rapporté chez les patients atteints de tumeurs négatives pour PD-L1.
  • Les patients ayant reçu du pembrolizumab ont présenté une amélioration de la SG à 24 mois, par rapport à ceux ayant reçu de l’ipilimumab :
    • 58,0 % contre 44,7 % chez les patients naïfs de traitement ;
    • 49,2 % contre 37,9 % chez les patients déjà traités ;
    • 58,4 % contre 45,0 % chez les patients atteints de tumeurs positives pour PD-L1 ;
    • 43,6 % contre 31,8 % chez les patients atteints de tumeurs négatives pour PD-L1.

Protocole de l’étude

  • 833 patients atteints d’un mélanome avancé ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 1:1:1 pour recevoir du pembrolizumab toutes les deux semaines, du pembrolizumab toutes les trois semaines ou de l’ipilimumab toutes les trois semaines, puis ils ont été analysés pour les résultats de survie et de sécurité d’emploi.
  • Financement : MSD, une filiale de Merck & Co., Inc., Kenilworth, NJ, États-Unis.

Limites

  • Étude en ouvert.
  • Suivi relativement court.