Mélanome : un schéma contenant moins d’ipilimumab et plus de nivolumab offre une meilleure sécurité d’emploi

  • Lebbé C & al.
  • J Clin Oncol
  • 27 févr. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats de l’essai de phase IIIb/IV CheckMate 511 suggèrent qu’un schéma posologique composé de 3 mg/kg de nivolumab et de 1 mg/kg d’ipilimumab (NIVO3 et IPI1) est associé à une amélioration de la sécurité d’emploi et à une efficacité similaire, comparativement au schéma posologique composé de 1 mg/kg de nivolumab et de 3 mg/kg d’ipilimumab (NIVO1 et IPI3), chez les patients atteints d’un mélanome de stade III/IV non résécable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que le schéma NIVO3 et IPI1 dispose d’un profil de sécurité d’emploi supérieur.

Principaux résultats

  • Les patients traités par NIVO3 et IPI1 ont présenté une incidence plus faible d’événements indésirables liés au traitement (EIT) de grades 3–5, comparativement aux patients traités par NIVO1 et IPI3 (33,9 % contre 48,3 % ; P = 0,006 ; critère d’évaluation principal).
  • Le schéma NIVO3 et IPI1 et le schéma NIVO1 et IPI3 étaient associés à un taux de réponse objective similaire (45,6 % contre 50,6 %, respectivement ; P = 0,35).
  • Le schéma NIVO3 et IPI1 et le schéma NIVO1 et IPI3 étaient associés à une SSP médiane similaire (9,92 contre 8,94 mois ; RR : 1,06 ; IC à 95 % : 0,79–1,42) et à une SG médiane similaire (non atteinte pour les deux ; RR : 1,09 ; IC à 95 % : 0,73–1,62).

Protocole de l’étude

  • 360 patients atteints d’un mélanome de stade III/IV non résécable, préalablement non traité, ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 1:1 pour recevoir le schéma NIVO3 et IPI1 ou le schéma NIVO1 et IPI3, 1 fois toutes les 3 semaines, jusqu’à 4 doses.
  • 6 semaines après la dernière administration du traitement d’association, les patients ont reçu 480 mg de NIVO toutes les 4 semaines jusqu’à la survenue d’une progression de la maladie ou d’une toxicité inacceptable.
  • Financement : Bristol-Myers Squibb et ONO Pharmaceutical Company.

Limites

  • L’étude n’a pas été conçue pour démontrer formellement la non-infériorité au niveau des critères d’évaluation de l’efficacité.