Mélanome muqueux : un marqueur inflammatoire prédit le pronostic

  • Wang Y & al.
  • Front Oncol
  • 1 janv. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le rapport lymphocytes/monocytes (RLM) est associé à la survie globale (SG) chez les patients atteints d’un mélanome muqueux.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les marqueurs inflammatoires ont démontré une valeur pronostique pour plusieurs types de cancer, mais les données concernant leur rôle dans le cadre du mélanome muqueux sont limitées.

Principaux résultats

  • La SG médiane était de 515,00 jours ; la survie sans progression (SSP) médiane était de 476,50 jours.
  • Un RLM supérieur à 7,38 était associé à une amélioration de la SG à l’analyse multivariée (rapport de risque [RR] : 0,113 ; P = 0,026).
  • La chirurgie était également associée à une amélioration de la SG à l’analyse multivariée (RR : 0,166 ; P = 0,031).
  • Les autres marqueurs inflammatoires (rapport neutrophiles/lymphocytes et rapport plaquettes/lymphocytes) n’étaient pas associés de manière significative aux résultats à l’analyse multivariée.

Protocole de l’étude

  • 40 patients atteints d’un mélanome muqueux ont été analysés afin d’identifier les associations entre les marqueurs inflammatoires, les modalités de traitement et les résultats.
  • Financement : Programme clé de recherche et de développement de la province du Sichuan.

Limites

  • Étude rétrospective.