Mélanome métastatique : un âge de 70–80 ans favorise la survie avec le pembrolizumab

  • Bastholt L & al.
  • Eur J Cancer
  • 20 août 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un âge compris entre 70 et 80 ans est un facteur pronostique favorable chez les patients atteints d’un mélanome métastatique qui reçoivent du pembrolizumab, d’après une étude nationale danoise.
  • L’âge n’était pas un facteur significatif de survie dans le cas d’un traitement par ipilimumab.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le dysfonctionnement immunitaire lié à l’âge ne semble pas avoir d’incidence sur l’efficacité des inhibiteurs de point de contrôle.

Principaux résultats

  • Âge médian : 64,7 ans (intervalle : 16,9–87,9) dans le groupe ipilimumab ; 68,9 ans (intervalle : 24,6–91,2) dans le groupe pembrolizumab. 
    • La durée de suivi médiane était de 3,4 ans et de 1,7 an, respectivement.
  • Parmi les patients traités par pembrolizumab, le fait d’être âgé de 70–80 ans, comparativement au fait d’être âgé de moins de 70 ans, était associé à une amélioration de :
    • la SG médiane : 36,5 mois, contre 18,8 mois (rapport de risque [RR] : 0,73 ; P = 0,049) ;
    • la SSP : 10,3 mois, contre 5,7 mois (0,76 ; P = 0,032).
  • Le pembrolizumab a permis d’obtenir une SG (RR : 1,16 ; P = 0,54) et une SSP (RR : 1,16 ; P = 0,45) similaires, chez les patients âgés de 80 ans et plus et chez ceux âgés de moins de 70 ans. 
  • Chez les patients traités par ipilimumab, l’âge n’était pas associé de manière significative à la SG ou à la SSP (P > 0,05 pour toutes les comparaisons lors de l’analyse univariée).

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 1 092 patients atteints d’un mélanome métastatique, identifiés dans la Base de données danoise sur le mélanome métastatique. 530 patients ont reçu de l’ipilimumab et 562 ont été traités par pembrolizumab.
  • Financement : La base de données est financée par Bristol-Myers Squibb, MSD, Roche et Novartis.

Limites

  • Protocole de l’étude rétrospectif.