Mélanome : les hommes courent un risque supérieur de rechute et de décès

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement
À retenir
  • Le sexe féminin constitue un facteur pronostique de meilleure survie dans le mélanome.
Pourquoi est-ce important ?
  • Des recherches plus approfondies sont nécessaires afin d’élucider les mécanismes sous-jacents de la différence entre les sexes.
Conception de l’étude
  • Étude rétrospective menée auprès de 155 patients atteints d’un mélanome malin (MM) cutané et ayant fait l’objet d’une chirurgie dans un seul établissement ; l’étude a examiné l’effet du sexe et de l’emplacement de la tumeur primaire sur la survie.
  • Financement : Projet PN-II-PCCA type 2 n° 4/2012 (HRCarrays).
Principaux résultats
  • Le risque de développer des métastases à distance était supérieur chez les hommes : 52,3 % contre 31,1 % (P = 0,0078, test du khi carré).
  • Les récidives locorégionales étaient supérieures chez les femmes, par rapport aux hommes (32,2 % contre 23 %), mais n’ont pas atteint de signification statistique pour notre groupe (P = 0,62).
  • Les hommes ont présenté une probabilité globale 1,6 fois supérieure de différents types de récidives.
  • La survie médiane était double chez les femmes, par rapport aux hommes à 61 mois contre 30 mois ; la survie médiane des femmes de 76,5 mois était nettement supérieure à celle des hommes de 55,4 mois.
  • La SG était nettement supérieure chez les femmes, par rapport aux hommes (P = 0,004) ; le sexe masculin a constitué un facteur de risque indépendant de décès (RR : 2,625).
  • La probabilité de décès des hommes était 2,6 fois supérieure à celle des femmes ; 52,3 % des hommes étaient décédés contre 28,9 % des femmes à la fin de l’étude.