Mélanome : les événements cutanés prédisent une meilleure réponse à l’immunothérapie

  • Chan L & al.
  • J Am Acad Dermatol
  • 21 juin 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les événements indésirables (EI) cutanés sont associés à une amélioration de la SSP chez les patients atteints d’un mélanome de stade IIIC/IV traités par un inhibiteur de PD-1 (pembrolizumab ou nivolumab).

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude ajoute des données probantes au modèle établissant que le développement d’EI à médiation immunitaire est corrélé à la réponse au traitement par immunothérapie.

Principaux résultats

  • 40,2 % des patients ont présenté au moins 1 EI cutané (un eczéma, une réaction lichénoïde ou une dépigmentation similaire à un vitiligo).
  • Les patients ayant développé au moins un EI cutané présentaient un risque plus faible de progression de la maladie/mortalité (rapport de risque [RR] : 0,460 ; P = 0,025), comparativement aux patients qui n’en ont pas développé.
    • Ce résultat était également significatif lors de l’analyse de référence à 6 mois (RR : 0,45 ; P = 0,045) et 12 mois (RR : 0,35 ; P = 0,020).

Protocole de l’étude

  • 82 patients atteints d’un mélanome de stade IIIC/IV, traités par pembrolizumab ou nivolumab, ont été analysés afin de déterminer les EI cutanés et la SSP.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Échantillon de patients de petite taille.
  • Pas d’analyse multivariée.