Mélanome : la profondeur de la réponse prédit la survie sous traitement par vémurafénib avec ou sans cobimétinib

  • Lewis KD & al.
  • Br J Cancer
  • 16 août 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une plus grande profondeur de la réponse (réduction tumorale maximale ou délai jusqu’à la réduction tumorale maximale) est associée à une amélioration de la survie sous traitement par vémurafénib avec ou sans cobimétinib, dans le cadre du mélanome métastatique avec mutation BRAF-V600.
  • Ces données reflètent une analyse groupée des essais BRIM-2, BRIM-3, BRIM-7 et coBRIM.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats appuient l’utilisation de la profondeur de la réponse comme mesure de l’efficacité, ainsi que son incorporation dans les modèles pronostiques existants concernant le mélanome.

Principaux résultats

  • Une réduction tumorale maximale plus importante était associée à une amélioration de la SG (vémurafénib : P = 0,0003 ; cobimétinib et vémurafénib : P = 0,0071) et de la SSP (P 
  • Un délai plus long jusqu’à la réduction tumorale maximale était associé à une amélioration de la SSP (P 
  • La réduction tumorale maximale et le délai jusqu’à la meilleure réponse étaient plus élevés avec l’association cobimétinib et vémurafénib qu’avec le vémurafénib seul.
  • L’association cobimétinib et vémurafénib a permis d’obtenir une amélioration de la SSP, comparativement au vémurafénib seul (rapport de risque [RR] : 0,80 ; P = 0,0103).

Protocole de l’étude

  • 717 patients ayant reçu du vémurafénib et 310 patients ayant reçu l’association cobimétinib et vémurafénib ont été inclus.
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche, Ltd.

Limites

  • Analyse post-hoc.