Mélanome : l’association TCA-TIL et interleukine-2 se montre prometteuse dans une méta-analyse

  • Dafni U & al.
  • Ann Oncol
  • 30 sept. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une thérapie cellulaire adoptive (TCA) par lymphocytes infiltrant la tumeur (Tumor-Infiltrating Lymphocytes, TIL) autologues, combinée à de l’interleukine-2 (IL-2) recombinante, est associée à un taux de réponse globale (TRG) de 41 % chez les patients atteints d’un mélanome avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données probantes appuient la TCA-TIL comme une option de traitement viable.

Principaux résultats

  • Dans l’ensemble, le TRG combiné était de 41 % (IC à 95 % : 35–48 %), et le taux de réponse complète (TRC) combiné était de 12 % (IC à 95 % : 7–16 %).
  • Chez les patients recevant également une dose élevée d’IL-2, le TRG était de 43 % (IC à 95 % : 36–50 %) et le TRC de 14 % (IC à 95 % : 7–20 %).
  • Chez les patients recevant également une faible dose d’IL-2, le TRG était de 35 % (IC à 95 % : 25–45 %) et le TRC de 7 % (IC à 95 % : 1–12 %).
  • 27 des 28 patients ayant présenté une réponse complète dans le groupe recevant une dose élevée d’IL-2 sont restés en rémission pendant une durée de suivi médiane de 40 mois.
  • Un plus grand nombre de cellules perfusées était associé à une amélioration de la réponse des patients (P 
  • La TCA-TIL était associée à une amélioration du TRG, comparativement à l’association ipilimumab/nivolumab, après l’échec d’un traitement anti-PD-1 (P = 0,043).

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 13 études évaluant la TCA-TIL chez 410 patients ; 332 ont également reçu une dose élevée d’IL-2 et 78 ont reçu une faible dose d’IL-2.
  • Financement : Institut Ludwig pour la recherche sur le cancer (Ludwig Institute for Cancer Research) ; Université de Lausanne ; Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Limites

  • Absence de données au niveau des patients.