Mélanome : l’association de nivolumab et d’ipilimumab démontre un bénéfice dans le cadre des métastases cérébrales

  • Tawbi HA & al.
  • N Engl J Med
  • 23 août 2018

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un essai de phase II en ouvert suggère que l’association du nivolumab et d’ipilimumab permet d’obtenir un taux de bénéfice clinique intracrânien de 57 % chez les patients atteints d’un mélanome avec des métastases cérébrales non traitées.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’association du nivolumab et d’ipilimumab pourrait constituer le futur du traitement des patients atteints d’un mélanome avec des métastases cérébrales, qui sont une cause fréquente de complications neurologiques et de décès.

Principaux résultats

  • Le taux de bénéfice clinique intracrânien était de 57 % (IC à 95 % : 47–68 %).
  • Le taux de bénéfice clinique extracrânien était de 56 % (IC à 95 % : 46–67 %).
  • Les taux de réponses intracrâniennes complètes et partielles étaient respectivement de 26 % et 30 %.
  • La proportion de patients présentant une maladie intracrânienne stable pendant six mois ou plus était de 2 %.
  • Le taux de bénéfice clinique était plus élevé chez les patients présentant un taux de lactate déshydrogénase au-delà de la limite supérieure de la normale (LSN) et chez ceux dont l’expression tumorale du ligand 1 de mort programmée (Programmed Death-Ligand 1, PD-L1) était d’au moins 5 %.
  • 55 % des patients ont présenté des événements indésirables liés au traitement de grade 3–4 (7 % touchaient le système nerveux central).

Protocole de l’étude

  • 94 patients issus de 28 centres, atteints d’un mélanome avec au moins une métastase cérébrale non irradiée, mais ne présentant aucun symptôme neurologique, ont été traités par nivolumab et ipilimumab jusqu’à une progression ou l’apparition d’effets toxiques inacceptables.
  • Financement : Bristol-Myers Squibb ; Institut national du cancer (National Cancer Institute).

Limites

  • Étude de phase II avec un petit échantillon de patients et sans témoins.