Mélanome de stade III : l’ADNtc prédit un risque élevé de rechute dans une étude australienne

  • Tan L & al.
  • Ann Oncol
  • 6 févr. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans une petite étude prospective, la présence d’ADN tumoral circulant (ADNtc) est associée à un risque accru de rechute chez les patients atteints d’un mélanome cutané de stade III.

Pourquoi est-ce important ?

  • La détection d’ADNtc à l’inclusion et après l’opération peut éclairer les décisions concernant le traitement adjuvant.

Principaux résultats

  • De l’ADNtc a été détecté chez 37 % des patients :
    • 35 % à l’inclusion et 24 % après l’opération.
  • 54 % des patients ont présenté une rechute.
  • La détection d’ADNtc à l’inclusion était associée à une réduction de la survie sans rechute (SSR ; RR : 2,9 ; P = 0,002) et de la survie sans métastase à distance (SSMD ; RR : 2,9 ; P = 0,003).
  • La détection d’ADNtc après l’opération était également associée à une réduction de la SSR (RR : 10 ; P 
  • À l’analyse multivariée, le RR était de 11 (P 
  • La sensibilité et la spécificité de l’ADNtc postopératoire dans le cadre de la prédiction de la rechute à 12 mois étaient de 55 % et de 94 %, respectivement.
  • Les résultats de SSR et de SSMD ont été validés dans une cohorte indépendante.
  • Protocole de l’étude

    • 99 patients atteints d’un mélanome de stade III avec des mutations somatiques (54 % de BRAF, 31 % de NRAS et 15 % du promoteur de TERT, de TP53 ou de KIT) ont été analysés pour déterminer la présence ou non d’ADNtc et ses associations avec les résultats de récidive et de survie.
    • La cohorte de validation externe comprenait 29 patients.
    • Financement : Conseil national australien pour la santé et la recherche médicale (Australian National Health and Medical Research Council) ; Centre de recherche sur le cancer du Royaume-Uni (Cancer Research UK) ; Wellcome Trust.

    Limites

    • Échantillon de patients de petite taille.