Mélanome BRAF+ : l’efficacité d’un traitement de première intention par anti-PD-1 s’avère supérieure à celle des inhibiteurs des MAPK en termes de SG

  • Schilling B & al.
  • Cancer Immunol Immunother
  • 26 févr. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats d’une étude rétrospective multicentrique suggèrent qu’un traitement anti-mort programmée 1 (Programmed Death 1, PD-1) de première intention est associé à une SG plus longue, comparativement aux inhibiteurs des MAPK, chez les patients atteints d’un mélanome avancé avec mutation de BRAF.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette analyse multicentrique vient pallier un manque dû à l’absence d’essais de comparaison directe.

Principaux résultats

  • Les patients faisant l’objet d’une monothérapie anti-PD-1 ont obtenu une SG médiane plus longue, comparativement aux patients traités par inhibiteurs des MAPK (29,1 contre 12,4 mois ; P 
  • Elle était de 26,6 mois, contre 18,6 mois chez les patients présentant un taux normal de lactate déshydrogénase (LDH ; P 
  • Elle était de 18,2 mois, contre 9,2 mois chez les patients présentant un taux élevé de LDH (P = 0,019).
  • Un taux élevé de LDH (RR : 2,1 ; P = 0,000), le schéma métastatique (RR : 3,0 ; P = 0,000) et la fréquence de l’éosinophilie périphérique (RR : 0,6 ; P = 0,005) étaient associés à la survie.
  • Les patients présentant deux à trois marqueurs favorables (taux normal de LDH, absence de métastases viscérales en dehors des poumons, numération des éosinophiles supérieure à 1,5 %) ont obtenu une meilleure SG lorsqu’ils recevaient un traitement anti-PD-1, comparativement à des inhibiteurs des MAPK (P 

    Protocole de l’étude

    • 301 patients atteints d’un mélanome avec mutation de BRAF non résécable/métastatique ont été analysés pour déterminer la survie ; 106 d’entre eux ont fait l’objet d’une monothérapie anti-PD-1 (61,9 % par pembrolizumab, 38,1 % par nivolumab) et 195 d’un traitement combiné par inhibiteurs des MAPK (80,5 % par dabrafénib et tramétinib, 19,5 % par vémurafénib et cobimétinib).
    • Financement : aucun.

    Limites

    • Étude rétrospective.