Mélanome avancé : le pembrolizumab se montre supérieur à l’ipilimumab dans un suivi de 5 ans

  • Lancet Oncol

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le suivi à 5 ans de l’essai KEYNOTE-006 en ouvert de phase III conclut que le pembrolizumab est associé à des résultats de survie supérieurs, par rapport à l’ipilimumab, chez les patients atteints d’un mélanome avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats soutiennent davantage l’utilisation du pembrolizumab dans ce groupe de patients.

Principaux résultats

  • Le pembrolizumab a été associé à une amélioration de la SG médiane (32,7 mois contre 15,9 mois ; rapport de risque [RR] : 0,73 ; P = 0,00049) et de la SSP (8,4 mois contre 3,4 mois ; RR : 0,57 ; P 
  • Dans l’analyse de sous-groupes, le pembrolizumab était associé à une amélioration de la SG médiane chez les patients ayant reçu du pembrolizumab, par rapport à de l’ipilimumab, en traitement de première intention (RR : 0,73 ; P = 0,0036) ou de deuxième intention (RR : 0,75 ; P = 0,036).
  • 17 % des patients traités par pembrolizumab et 20 % des patients traités par ipilimumab ont présenté des événements indésirables de grades 3/4 liés au traitement.
    • Les plus fréquents étaient la colite, la diarrhée et la fatigue.
  • Un patient ayant reçu du pembrolizumab est décédé d’un sepsis lié au traitement.
  • Protocole de l’étude

    • 834 patients atteints d’un mélanome avancé (stade III/IV non résécable) ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir du pembrolizumab (n = 556) ou de l’ipilimumab (n = 278), avec un suivi médian de 57,7 mois chez les patients survivants.
    • Financement : MSD.

    Limites

    • Protocole en ouvert.