Mélanome avancé : des données en situation réelle confirment le bénéfice associé au pembrolizumab

  • Liu FX & al.
  • Medicine (Baltimore)
  • 1 juil. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un mélanome avancé qui reçoivent du pembrolizumab ont obtenu une SG médiane de 21,8 mois, avec une meilleure survie chez ceux présentant un meilleur score d’état général et un taux normal de lactate déshydrogénase (LDH).

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude appuie l’efficacité en situation réelle du pembrolizumab et identifie des facteurs pronostiques positifs.

Principaux résultats

  • La SG médiane était de 21,8 mois (IC à 95 % : 16,8–29,1).
    • Un traitement de première intention par pembrolizumab était associé à une amélioration de la SG médiane (non atteinte), par rapport à un traitement de deuxième intention (13,9 mois) ou de troisième intention ou ultérieur (12,5 mois ; P = 0,0095) par pembrolizumab.
  • Un score d’état général du Groupe coopératif d’experts en oncologie de la côte Est des États-Unis (Eastern Cooperative Oncology Group, ECOG) de 0/1 (P 
  • La présence de métastases cérébrales (P = 0,22), le statut mutationnel de BRAF (P = 0,90) et la présence d’une maladie auto-immune (P = 0,49) n’étaient pas associés de manière significative à la SG à l’analyse univariée.

Protocole de l’étude

  • 532 patients atteints d’un mélanome avancé et traités par pembrolizumab ont été inclus ; la durée médiane de traitement par pembrolizumab était de 4,9 mois.
  • Financement : Merck & Co., Inc., Kenilworth, NJ, États-Unis.

Limites

  • Protocole de l’étude rétrospectif.
  • Absence d’analyse multivariée.