Meilleures pratiques en matière de soins dans le cadre de la douleur musculosquelettique : 11 recommandations


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Suite à une revue des recommandations de pratique clinique, des chercheurs ont identifié 11 recommandations cohérentes dans le cadre de la douleur musculosquelettique (MS), qui pourraient selon eux aider à orienter les cliniciens dans la prise en charge de la douleur MS. 

Les recommandations, qui ont été publiées dans la revue British Journal of Sports Medicine, sont les suivantes : 

  1. Les soins doivent être centrés sur le patient.
  2. Un dépistage doit être réalisé auprès des patients afin d’identifier ceux ayant une probabilité élevée de pathologie grave/d’affections constituant un signal d’alerte.
  3. Les facteurs psychosociaux doivent être évalués. 
  4. Les examens d’imagerie radiologique sont déconseillés, excepté lorsqu’une pathologie grave est suspectée, qu’une réponse à des soins conservateurs non satisfaisante ou une progression inexpliquée des signes et symptômes est constatée ou qu’un examen d’imagerie est susceptible de changer la prise en charge de la maladie.
  5. L’évaluation doit inclure un examen physique comprenant par exemple des tests de dépistage neurologique et des tests évaluant la mobilité et/ou la force musculaire.
  6. Les progrès des patients doivent être évalués. 
  7. Il est nécessaire de sensibiliser/renseigner les patients sur leur affection et leurs options de prise en charge.
  8. Les patients doivent recevoir une prise en charge qui porte sur l’activité physique.
  9. Dans le cas où une thérapie manuelle est utilisée, celle-ci ne doit être appliquée qu’en association avec d’autres traitements.
  10. Excepté dans le cas d’une contre-indication spécifique, il convient de proposer des soins non chirurgicaux basés sur les données probantes avant la chirurgie.
  11. La poursuite ou la reprise du travail doit être facilitée.

Les auteurs affirment que les recommandations pourraient fournir aux cliniciens un consensus clair et simple des priorités actuelles concernant la douleur MS, ce qui pourrait également contribuer à remédier à la qualité variable des soins cliniques dispensés pour les affections entraînant une douleur MS.